Valérie Pécresse : "Je propose qu'on puisse cribler les listes aux municipales, ne pas laisser des fichés S radicalisés se présenter à nos élections"

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, présidente du parti "Libres !" et auteure de "Et c'est cela qui changera tout" aux éditions Robert Laffont, était l’invitée du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 22 novembre sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Valérie Pécresse, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio le 22 novembre à 7h40.

Valérie Pécresse : "il faut desserrer cet étau Macron-Le Pen"

Le livre de Valérie Pécresse Et c'est cela qui changea tout publié aux éditions Robert Laffont, est aussi une forme de candidature à deux ans de la présidentielle. L'affiche Macron-Le Pen peut-elle être évitée ? s'interroge Patrick Roger. "Comme je l'explique dans mon livre, répond Valérie Pécresse, Madame Le Pen est peut-être la seule femme politique en France qui fait l'objet d'une vraie mansuétude : quand elle dit une absolue énormité, ça passe ! Je pense qu'il faut desserrer cet étau Macron-Le Pen

Je ne suis pas une femme qu'on débauche, affirme Valérie Pécresse, j'ai aujourd'hui une certaine conviction de ce qu'il faut faire pour réformer la France, il est temps notamment de tirer un signal d'alarme sur la situation des banlieues, de la laïcité, de la France face au communautarisme. Un enfant sur deux qui naît dans la région Île-de-France a un parent né à l'étranger. Un enfant sur deux en Île-de-France est issu de l'immigration. Cela suppose de repenser complètement notre politique d'intégration, mettre la laïcité au cœur, retrouver une fierté française. On n'en parle pas. On parle de la lutte contre le communautarisme, on ne parle jamais de l'intégration en positif. Qu'est-ce que c'est que la France, la francité, qu'est-ce qu'on veut donner à nos enfants ?"

 

"Il y a aujourd'hui en France des villes qui, potentiellement, en mars, pourront se doter d'un maire proche des frères musulmans"

Lors de son discours devant les maires de France, Emmanuel Macron a abandonné l'idée d'une interdiction des listes communautaires. Pour Valérie Pécresse, "il ne faut pas faire l'autruche. On est un peu à la dernière sortie de l'autoroute avant la catastrophe. Il y a aujourd'hui en France des villes qui, potentiellement, en mars, pourront se doter d'un maire proche des frères musulmans. Maintenant est-ce qu'on détourne le regard, est-ce qu'on fait l'autruche ? Est-ce qu'on dit 'ça ne nous concerne pas, tant que le drame n'est pas arrivé, on ne fait rien ?' Ou est-ce qu'on fait quelque-chose ?

C'est vrai que définir une liste communautaire, c'est compliqué, reconnaît Valérie Pécresse. Mais je vais vous donner une phrase prononcée par M. Hamida, qui est candidat à Goussainville dans le Val d'Oise. M. Hamida, notoirement proche des frères musulmans, a dit : 'il n'y aura pas de liste communautaire. Ma liste sera composée de Français, de Turcs, d'Arabes et de noirs, elle ressemblera à Goussainville'. Cette phrase, c'est le communautarisme à visage découvert. Sur une liste aux municipales, il n'y a pas des Français, des noirs, des Arabes et des Turcs, il n'y a que des Français parce que c'est la loi ! Imaginez, si quelqu'un d'autre que lui avait prononcé cette phrase, le tollé ? Pourquoi cette phrase, publiée dans un journal du matin, n'a pas soulevé le tollé, le scandale qu'elle aurait du soulever ? Le sujet aujourd'hui, c'est qu'on n'est pas des communautés, on est la France".

 

Valérie Pécresse : "je propose qu'on puisse cribler les listes aux municipales"

Pour interdire tout ça, Valérie Pécresse "propose qu'on puisse cribler les listes électorales aux municipales, comme on crible aujourd'hui les profils des chauffeurs de bus ou de métro à la RATP. Et s'il y a sur une liste électorale une personne fichée dans le fichier antiterroriste, que ce soit une incompatibilité électorale et qu'il ne puisse pas se présenter, tout cela sous le contrôle du juge. On peut interdire des candidatures individuelles. Aujourd'hui, il y a des incompatibilités : un policier ne peut pas se présenter dans la ville où il exerce, mais en revanche, quelqu'un qui serait fiché au fichier antiterroriste pourrait se présenter ? Vous vous rendez compte de l'absurdité dans lequel notre régime légal nous enferme?

Je propose cela sous le contrôle du juge, avec possibilité de contester la décision préfectorale d'incompatibilité, mais qu'on ne laisse pas des fichés S radicalisés inscrits au fichier antiterroriste se présenter à nos élections ! Un maire a le pouvoir de police dans sa ville. Je ne peux pas accepter, comme le dit Sébastien Lecornu, qu'on attende qu'il soit élu, et puis on verra après : on les empêchera de faire le mal quand ils seront élus ?"

 

"Les islamistes et le Front national se font la courte-échelle pour cliver la France"

Valérie Pécresse va-t-elle sur les terres du Rassemblement national ? "Absolument pas, se défend-elle ! Sur l'immigration, je dis ce qu'il se passe. La différence avec le Front national, c'est que je pense que tous ces jeunes Français qui naissent aujourd'hui sont pleinement Français et qu'il va falloir les emmener dans un projet national dans lequel on sera tous ensemble à la fin.

Je pense que les islamistes et le Front national se font la courte-échelle pour cliver la France et déchirer le pacte national. Quand un membre du Front national attaque la mosquée de Bayonne, il crée une immense peur chez nos compatriotes musulmans et de l'autre côté, il y a une mouvance islamiste, proche des frères musulmans, de l'islam politique, qui, elle, fait de la surenchère. Le concept d'islamophobie est un concept diabolique, car jouant sur la victimisation de compatriotes musulmans qui se sentent pointés du doigt, il empêche la critique de l'islamisme et des religions. Moi je veux une France apaisée, unie".

 

Grève du 5 décembre : "le droit de grève doit se concilier avec le droit d'aller travailler"

La France est socialement bouillonnante, soulève Patrick Roger, avec le 5 décembre qui arrive. Le gouvernement peut-il encore déminer pour ne pas avoir un mois de décembre totalement paralysé ? "J'ai beaucoup de craintes sur cette grève du 5 décembre, confie Valérie Pécresse, notamment qu'elle plonge des millions de Français dans une galère épouvantable, singulièrement en Île-de-France. J'ai dit aux syndicats de la SNCF et de la RATP de ne pas se tromper de combat ! Ils combattent une réforme injuste à leurs yeux, et je partage leur point de vue : on ne peut pas changer toutes les règles du jeu en cours de route. On peut combattre cette réforme, mais le droit de grève doit se concilier avec le droit d'aller travailler. Sinon, les cheminots vont rendre leur cause impopulaire. J'ai demandé à la RATP et à la SNCF de rembourser les voyageurs si le service minimum n'est pas garanti dans les transports en commun.

Je crois que le pays est réformable, mais on ne réussit pas une réforme en essayant de faire une réforme cathédrale, il faut accepter de prendre le temps, estime-t-elle. Si on faisait cette réforme de la disparition des régimes spéciaux pour tous les nouveaux entrants, ce qui serait déjà un énorme big bang, on pourrait avoir tout le pays derrière nous. Emmanuel Macron a nié la réalité qu'il y a un trou dans la caisse. Il va falloir qu'il dise aux Français que nous allons devoir travailler plus longtemps pour que les retraites ne baissent pas".

 

Selon un récent sondage, François Baroin est jugé plus compétent qu'Emmanuel Macron. Serait-il un bon candidat pour 2022 ? "Ce que montre ce sondage, c'est qu'être élu et proche de nos concitoyens, comme nous le sommes, est un apprentissage important en politique, explique Valérie Pécresse. On a un État déconnecté de la souffrance du terrain".

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !