Sondage Ifop-Fiducial pour Sud Radio - Un potentiel second tour à Bordeaux, une première depuis la Libération

Nicolas Florian a succédé l'an passé à l'indétrônable Alain Juppé, à la tête de la mairie de Bordeaux. Seulement, le candidat à sa propre succession a de quoi trembler face à la montée de la liste verte rassemblant divers partis de gauche. À scruter de près : Philippe Poutou - investi France Insoumise - et le candidat LREM Thomas Cazenave risquent de prendre des voix de toute part, alors qu'il reste un mois de campagne.

Nicolas Florian a succédé à son mentor Alain Juppé l'an dernier, suite au départ de ce dernier pour le Conseil Constitutionnel. Mais N.Florian est déjà menacé. (Photo by Georges GOBET / AFP)

Suite à la fin de l'ère Jupé à la tête de Bordeaux l'an dernier, le climat électoral est plus que jamais tendu à l'approche des élections. Dans notre série de sondages sur les municipales, place à celui sur la cité girondine. Ce sondage Ifop-Fiducial pour CNews et Sud Radio donne gagnante à 38 % des voix la liste de la majorité municipale conduite par Nicolas Florian, qui a succédé à Alain Juppé à la tête de la ville en mars de l'an dernier. Mais pour la première fois depuis l'après-guerre, il y a un "mais". En effet, une autre liste serait en embuscade à 30% des voix au premier tour. Celle-ci regrouperait des partis de gauche, comme les Verts, les socialistes et communistes, conduite par Pierre Hurmic. Suit ensuite à 13% la liste LREM qui fait à peine mieux que la liste de Philippe Poutou, ex-candidat à la présidentielle 2017, lequel pointe à 11%. Pour la première fois depuis très longtemps, il y aurait donc un second tour pour désigner le maire de la Belle Endormie.

Pour Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'IFOP, "c'est un rapport de force électoral qui n'est jamais arrivé à Bordeaux depuis la Libération".

 

À Bordeaux, les listes LREM et Poutou seront cruciales

Alain Juppé on le rappelle, avait enregistré un score de plus de 60 % aux municipales de 2014. Signe que le paysage politique change bel et bien. La liste écologiste conduite par Pierre Hurmic serait donc en embuscade à 30% des voix au premier tour. Mais deux autres listes pourraient bien empiéter sur des suffrages précieux. Il s'agit d'un côté de la liste LREM - menée par Thomas Cazenave -, et de l'autre, celle de Philippe Poutou, investi par la France Insoumise pour ces municipales. Pour Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'IFOP, la performance de ces deux listes au premier tour pourraient même être cruciales dans la course à la mairie de Bordeaux. "Dans une ville où Emmanuel Macron avait obtenu plus de 31% au premier tour de la présidentielle de 2017".

 

Seulement, une autre liste serait en embuscade à 30% des voix au premier tour. Une liste regroupant des partis de gauche, comme les Verts, les socialistes et les communistes. Elle sera conduite par Pierre Hurmic. Au second tour, l'écart se réduirait encore entre ces deux listes avec 44% pour celle du maire sortant et 40% pour la liste verte. À Bordeaux, ce serait un score historique pour la famille politique des Verts. Mais pas sûr que cela ne suffise pour obtenir les clés de la Belle Endormie. Pour Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'IFOP, "cette poussée verte ne serait pas suffisante pour refaire un coup comme à Grenoble en 2014".

 

La percée des Verts, les listes de Poutou et En Marche seront à scruter de près. À qui prendront-ils des voix ?