Sébastien Chenu: "oui à une loi anti-casseurs, non à une loi anti gilets jaunes"

Le député RN du Nord et porte-parole du Rassemblement national s'avoue méfiant à l'égard de la proposition de loi anti-casseurs, examinée ce mardi à l'Assemblée nationale. Il est aussi revenu sur la liste estampillée "gilets jaunes" aux élections européennes, qu'il soupçonne d'accointances macronistes, et moque le choix de François-Xavier Bellamy pour conduire la liste Les Républicains.

Thumbnail

"J'ai l'impression qu'on revient aux lois de circonstance de l'époque Sarkozy"

 Sébastien Chenu attend de voir ce qui va ressortir de la proposition de loi anti-casseurs, après ses amendements en commission des lois.

"Est-ce que, par exemple une autorité administrative, c'est à dire le Préfet, doit empêcher un individu de manifester? ça pose de vraies questions de fond. Si c'est une loi anti-casseurs, je la voterai car il faut mettre un certain nombre de moyens. Si c'est une loi anti gilets jaunes, c'est non." 

Et après le grand débat? Une dissolution... 

Le député du Nord redoute de voir le président Macron solliciter un référendum sur des questions consensuelles, pour se re-légitimer à l'issue du grand débat. 

"J'ai peur qu'après le grand débat on ouvre la grande poubelle. Quelles sont les garanties de sortie de tout ça? Si les Français sont contre le regroupement familial, ou encore  ou qu'ils veulent la réindexation des retraites sur le coût de la vie, alors Emmanuel Macron va t-il dire: OK, j'entends les Français? 

Avant-même un éventuel référendum, il attend d'abord une dissolution de l'Assemblée nationale:

"Je veux que ça soit tranché par une élection. J'attends une sortie politique: l'Assemblée nationale doit voter, mais actuellement elle n'est plus légitime. Donc mettons en place la proportionnelle, dissolvons l'assemblée pour en  convoquer une qui soit représentative, puis allons au référendum."

Sébastien Chenu, qui dénonce la stratégie de maintien de l'ordre, depuis le début de ce mouvement des gilets jaunes:

"Le président de la République est un sacré hypocrite. C'est lui qui est à l'origine de ce chaos. Chaque jour, le ministre de l'intérieur nous montre sa nullité. Aucune stratégie de maintien de l'ordre... des gilets jaunes estropiés, des forces de l'ordre épuisées. On a laissé Paris se faire détruire par 1000 personnes. On laisse les gens s'affronter chaque week-end. Christophe Castaner n'a aucune vision de ce que doit être le maintien de l'ordre dans ce pays. Aucun moyen, les heures supplémentaires non-payées. Il joue le pourrissement."

François-Xavier Bellamy? Le philosophe perché réac de Versailles

Le porte-parole du RN est revenu sur la constitution d'une liste gilets jaunes aux élections européennes, raillant sa macron-compatibilité. 

"Ingrid Levavasseur nous dit qu'elle a le soutien moral de Bernard Tapie, même si "Tapie" et "morale", dans la même phrase, c'est un peu étrange. Après nous avoir expliqué qu'elle avait voté Macron à la présidentielle..."

Sur le choix de François-Xavier Bellamy comme tête de liste LR aux européennes, il ne mâche pas ses mots, y voyant le symptôme de la mort de ce parti:

"Le philosophe perché réac de Versailles. Je ne suis pas persuadé que ça soit ce dont la France a besoin".