Rentrée du gouvernement : « Les Français attendent des résultats palpables »

Les affaires de cet été ont-elles ont eu un impact sur l'image du président de la République ? 

Thumbnail

Rentrée des classes pour le gouvernement. Ce matin, le premier conseil des ministres avait lieu à L’Élysée. Terminé le Fort de Brégançon pour Emmanuel Macron. Le chef de l’État, qui a été plus que discret, va-t-il pouvoir se remettre des affaires de l’été et convaincre les Français avant des réformes qui s’annoncent douloureuses ? Pour en parler, Sud Radio recevait ce matin Jean-Philippe Dubrulle, directeur adjoint des études politiques à l’IFOP.

« Pas de dévissage pour Emmanuel Macron, mais un impact sur son image »

Où se situe aujourd’hui Emmanuel Macron dans l’opinion publique ? « Fin juillet dernier, dans le sondage IFOP pour le Journal du Dimanche, qui analysait la popularité du président de la République, une baisse de 4 points avait été enregistrée juste après l’affaire Benalla. Il passe de 41% à 37%, c’est loin d’être négligeable », souligne Jean-Philippe Dubrulle. Pour autant, « l’affaire Benalla n’est pas le Watergate d’Emmanuel Macron (...) rappelons-nous qu’à l’été 2017, après l’annonce de la baisse des APL, Emmanuel Macron avait perdu en deux mois 24 points pour se retrouver à 40%. Là il y avait eu un dévissage, qu’on ne retrouve pas cette année. Ses prédécesseurs François Hollande et Nicolas Sarkozy, au bout d’un an de mandat, étaient plus bas dans leur popularité ».

Une perte sévère de soutiens parmi l’aile gauche et l’aile droite  

L’affaire Benalla aurait donc quand même eu un impact sur l’image du président, à en croire Jean-Philippe Dubrulle. « Les Français qui estiment que le président sait où il va, ils étaient 67% en avril, ils sont 57% aujourd’hui, c’est 10 points de moins. » Emmanuel Macron perdrait également des soutiens parmi les sympathisants du Parti socialiste et des Républicains, ce qui revêt un risque pour le président dans les prochains mois, souligne Jean-Philippe Dubrulle.

« Les Français attendent avant tout des résultats palpables »

« Le candidat Macron s’était fait élire sur une forme de rationalisation de l’action politique, du “je fais et j’agis indépendamment des idéologies pour obtenir des résultats”, ce qui lui avait d’ailleurs valu son rebond de popularité à la rentrée 2017 après son dévissage. Le fait est qu’au bout d’un an, les résultats se font toujours attendre », note Jean-Philippe Dubrulle. « Les Français attendent toujours des résultats dans leur fiche de paie, dans leur vie au quotidien, des résultats qui se font toujours attendre ». Concernant les affaires de cet été, « on va se dire qu’Emmanuel Macron a failli en quelque sorte à son idéal de la République exemplaire, ce qui est mauvais sur le plan de la représentation, mais les Français attendent avant tout des résultats palpables ».