Programme d’Emmanuel Macron : quels recrutements dans les Ehpad ?

Le candidat Emmanuel Macron vient de dévoiler son programme : que faut-il penser de ses annonces sur les Ehpad ?

Le candidat Emmanuel Macron vient de présenter son programme. Embaucher 50.000 infirmiers, infirmières et aides soignantes dans les Ehpad, est-ce une bonne chose ?

Progamme Macron : "Il faut voir plus large"

"Non, c’est clairement insuffisant, estime Éric Frégona, directeur adjoint de la AD-PA (Association des Directeurs au service des Personnes Agées ). Emmanuel Macron a demandé plus de dix rapports durant le quinquennat au sujet du grand âge. Ces rapports disent que ce n’est pas 50.000 professionnels en plus qu’il faut. C’est 100.000, et également 100.000 dans les services à domicile."

"C’est donc décevant, et ne correspond pas à ce qu’attendent les professionnels, et les directeurs que je représente, juge-t-il. Mais qui paierait ces embauches ? "L'Assurance maladie finance les aides-soignants et les infirmiers. Ce que la crise sanitaire a notamment montré, c'est qu’au delà de ces professionnels du soin, il faut aussi recruter du personnel socio-culturel, des psychologues, des animateurs. Des personnes qui s’occupent des inspirations des personnes âgées, de la santé psychique."

Créer deux postes dans chaque établissement

"Cette promesse est déjà une déception. Il faut voir plus large, appelle Éric Frégona, directeur adjoint de la AD-PA. On demande qu’il y ait un geste fort tout de suite : deux postes dans chaque service à domicile, dans chaque établissement. C’est extrêmement nécessaire. Nous avons eu la crise Orpea, nous avons pris le Covid de plein fouet. Les personnels sont épuisés et les personnes âgées en attente de reconnaissance."

"Les rapports produits par les députés, les sénateurs, la Cour des comptes, tous, vont dans le même sens : qu’il y ait huit professionnels pour dix résidents, et que l’heure de service à domicile soit payée 30 euros. Sur le domicile, il y a des effets d’annonce pour dire qu'il faut que les personnes âgées puissent continuer à vivre à leur domicile. On attendait cette grande réforme pendant le quinquennat. Les trois derniers quinquennats n’ont pas fait le nécessaire."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"