Primaire : "la gauche a toujours gagné lorsqu’elle était unie" selon Valérie Rabault

La primaire à gauche demandée par Anne Hidalgo est nécessaire pour la victoire à la Présidentielle selon Valérie Rabault. Elle était l'invitée du “petit déjeuner politique” le 9 décembre 2021 sur Sud Radio.

Valérie Rabault électricité
Valérie Rabault, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 30 novembre, dans “L’invité politique”.

Appel à la primaire, déficit commercial, inquiétudes sur le pouvoir d’achat... Valérie Rabault a répondu aux questions de Patrick Roger.

Primaire de la gauche : "Dans une campagne, on marche sur deux jambes"

Anne Hidalgo a lancé un appel à une primaire de la gauche pour créer un front uni. Un appel qui n’a pas été chaleureusement accueilli par les autres candidats, notamment Jean-Luc Mélenchon ou encore Yannick Jadot. "Dans une campagne", explique Valérie Rabault, députée PS du Tarn et Garonne, "on marche sur deux jambes : il y a une question de stratégie, bien évidemment".
"Dans l’histoire de notre pays, la gauche a toujours gagné lorsqu’elle était unie, contrairement à la droite qui, parfois, gouverne seule." De quoi justifier, selon elle, l’appel de la candidate PS.

Valérie Rabault : la gauche a "la question du pouvoir d'achat" à porter dans le débat

Elle explique également que la campagne a bel et bien commencé. "Avec une droite qui s’affirme, avec un candidat désigné", à savoir Valérie Pécresse, sortie victorieuse de la primaire du parti Les Républicains. Et "une extrême-droite qui, elle, pour le coup est très affirmée". Quand à la gauche, "nous avons la question du pouvoir d’achat" ou encore la question de la réponse à apporter sur le problème des déserts médicaux. Valérie Rabault souligne qu’en région Occitanie "c’est la rentrée scolaire la moins chère de France" grâce à l’effort de la région, dirigée par la gauche.
"Ce sont ces sujets-là qui doivent être portés dans le débat", juge la députée et porte-parole d’Anne Hidalgo.

 

"Ça ne va pas mieux sur l’industrie, parce que sinon on n’aurait pas un déficit commercial abyssal"

Elle rebondit également sur les chiffres du "déficit commercial abyssal" de la France du 8 décembre 2021. "Le gouvernement nous dit : ‘ça va mieux sur l’industrie’ mais non, ça ne va pas mieux sur l’industrie, parce que sinon on n’aurait pas un déficit commercial abyssal", fait remarquer la présidente du groupe sociale à l’Assemblée nationale.

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger, à retrouver du lundi au vendredi à 8h15

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !