Nadia Pellefigue : "depuis six ans, rien n’a été fait à Toulouse"

Jean-Luc Moudenc en tête des intentions de vote pour les élections municipales à Toulouse, indique un sondage IFOP/Fiducial pour Sud Radio, "La Dépêche du Midi", la radio "100 %" et la télévision régionale "Via Occitanie".

Nadia Pellefigue interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, à 8h10, dans "C'est à la une".

Son adversaire dans cette élection, Nadia Pellefigue, candidate Une Nouvelle Energie – PS – PC, vice-présidente de la région Occitanie, était l'invitée de Patrick Roger le 26 février 2020 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

"Le bilan du maire sortant est mauvais ou inexistant"

Nadia Pellefigue a tout d’abord tenu à critiquer le bilan du maire sortant et dénoncer la morosité qui caractérise la campagne électorale à Toulouse. "J’ai le sentiment que le maire sortant n’a pas envie que la campagne s’installe. S’il s’agirait d’éclairer son bilan, il est mauvais ou inexistant. Et puis on a un autre candidat, qui n’a pas trop envie que la campagne commence, car pour cela il faut avoir un projet.

Je vois que le maire sortant est complètement dans l’expression des tendances nationales. Les Toulousains méritent un débat qui parle des enjeux, et ces enjeux sont municipaux. Un candidat qui pense refaire en 2020 la même campagne qu’en 2014, ce n’est pas sérieux. Quid de ses engagements passés ? Troisième ligne de métro, deuxième rocade… : rien n’a été fait. Il s’y était engagé en 2014, nous sommes en 2020. Cette ligne de métro ne sortira pas d’ici 2026. Faire trois campagnes sur un même sujet sans réaliser, ce n’est pas possible. Et les impôts locaux ? Il s’était engagé à ne pas augmenter les impôts. Et qu’est-ce qu’on voit ? +15% ! Le pouvoir d’achat des Toulousains a été abîmé depuis 2015, et pas de services nouveaux."

 

"À Toulouse nous passons 6 jours par an dans les bouchons"

"Face à ces deux candidats vous avez notre offre, qui est crédible et sérieuse. Je crois à la nécessité de rassembler les Toulousains. C’est à eux que nous devons des réponses. Mais c’est aussi à eux que nous devons un vrai débat sur les vrais sujets sur lesquels nous pouvons agir. On ne peut pas avoir seulement des amitiés qui servent à bâtir des accords électoraux. Il faut faire en sorte que les Toulousains soient enfin respectés.

Il faut choisir un maire qui soit capable de régler le problème des bouchons. À Toulouse nous passons 6 jours par an dans les bouchons. Je propose de mettre en place des zones de stationnement à l’extérieur du périphérique. Il y en aurait sept. Et puis, pour se rendre en ville, il y aurait des navettes circulaires fonctionnant à hydrogène." Au sujet de la sécurité, Nadia Pellefigue a déclaré : "On ne peut pas ne pas demander des policiers supplémentaires, quand Toulouse est présentée par les médias nationaux comme un petit Marseille".

Interrogée sur son allégeance politique, Nadia Pellefigue a répondu : "Je ne conduis pas une liste socialiste, je suis heureuse d’être soutenue par le Parti Socialiste, qui est celui de Carole Delga, la Présidente de la Région Occitanie."

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !