Migrants : Sébastien Chenu ne veut pas "revivre le Bataclan fois 100"

Face aux migrants massés à la frontière polonaise, "la priorité est d'aider la Pologne à tenir la frontière", a affirmé Sébastien Chenu, invité du “petit déjeuner politique” le 15 novembre sur Sud Radio.

Migrants
Sébastien Chenu, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 15 novembre, dans "le petit déjeuner politique".

Migrants massés à la frontière de l'Europe, crise du Covid, Marine Le Pen, Éric Zemmour, campagne des LR : Sébastien Chenu, député du Nord, porte-parole du RN et de Marine Le Pen, répondait aux questions de Patrick Roger.

Migrants : "Je n'ai pas envie que nous revivions le Bataclan fois 100"

Un Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne se réunit lundi 15 novembre, dans l'espoir d'avancer sur la crise des migrants entre la Biélorussie et la Pologne. Que faire des migrants massés à la frontière ? Julien Odoul a affirmé qu'il ne fallait surtout pas qu'ils rentrent en Europe, quitte à les laisser mourir de froid. "Ce n'est pas ce qu'il a dit !, rectifie Sébastien Chenu, il s'est d'ailleurs corrigé. C'est un sujet qui ne mérite pas de telles polémiques. Un homme qui a faim et froid, on le nourrit, on le soigne, c'est le boulot du Haut commissariat aux réfugiés, l'idée n'est pas de laisser mourir des gens".

"En revanche, l'idée n'est pas de laisser se déstabiliser l'Union européenne. Pour Sébastien Chenu, c'est ce qui se joue derrière, via une immigration, en utilisant les migrants comme un outil politique. Il y a la volonté de certains États, dont Erdogan d'ailleurs, de déstabiliser l'Union européenne. Il n'est pas question de se laisser déstabiliser, la priorité est d'aider la Pologne à tenir la frontière, qui est en réalité notre frontière, qui est menacée".

Si le Rassemblement National était au pouvoir, "nous proposerions de soutenir la Pologne à travers Frontex, mais qui est bien faible. Il faut renforcer la police aux frontières. Si on cède une fois au chantage, on cédera toujours. Ce qu'il y a derrière, c'est une déstabilisation économique mais aussi la sécurité des Européens. Il y a des djihadistes qui s'infiltrent dans les filières migratoires comme le soulignait François Hollande, je n'ai pas envie que nous revivions le Bataclan fois 100, ni qu'on se réconcilie avec les terroristes".

"Dimanche soir du premier tour, à 20h01, les candidats LR appelleront tous à voter Emmanuel Macron !"

Les candidats à l'investiture LR pour l'élection présidentielle se sont retrouvés dimanche 14 novembre pour un second débat. "Je n'ai regardé aucun débat, je connais chacun des prétendants, assure Sébastien Chenu, ancien membre de l'UMP. Dimanche soir du premier tour, à 20h01, que ce soit Xavier Bertrand, Michel Barnier, Valérie Pécresse ou d'autres, ils appelleront tous à voter Emmanuel Macron ! D'après lui, ils ne seront pas au second tour, ils n'ont aucun projet. J'ai l'impression d'un clonage du programme de Marine Le Pen, or, on préfère toujours l'original à la copie. Ils n'ont aucune perspective différenciante d'Emmanuel Macron".

"Ils rêvent tous de devenir le Premier ministre d'Emmanuel Macron, estime Sébastien Chenu. Tout ça, c'est du flan. Chez les Républicains, il y a le discours puis la réalité de la vie politique. Lorsqu'ils arrivent aux affaires, ils font l'inverse de ce qu'ils ont dit pendant la campagne et quand ils ne sont pas aux affaires, ils appellent à voter pour celui qu'ils étaient censés combattre. C'est probablement ce manque de courage politique des Républicains qui explique leurs défaites et le fait que les Français ne leur donnent que peu de crédibilité".

"Je souhaite qu'on se débarrasse de ce pass sanitaire totalement déraisonnable"

Face à l'arrivée de la 5ème vague du Covid, plusieurs pays d'Europe durcissent à nouveau les mesures de restriction : retour massif au télétravail en Allemagne et confinement imposé pour les non vaccinés en Autriche. Pour Sébastien Chenu, "c'est une décision brutale, totalement discriminatoire et exagérée, qui n'amène pas de résolution du problème. En France, on ne prend pas la bonne direction. 5.700 lits ont été fermés dans les hôpitaux pendant épidémie, dénonce-t-il. Le gouvernement ne veut pas se résoudre à détecter les clusters, c'est-à-dire contrôler les eaux usées, ni aérer les salles dans les écoles. La recherche sur le traitement semble prioritaire", ajoute-t-il.

"Le gouvernement a choisi à chaque fois des mesures de contraintes de la population, de limitation des libertés, ça ne produit pas les effets escomptés. Sébastien Chenu est "pour la liberté vaccinale, la détection des clusters, des moyens à l'hôpital public et le réintégration des soignants virés car non vaccinés. Je souhaite qu'on se débarrasse de ce pass sanitaire totalement déraisonnable. Il faut redonner aux Français de la liberté et agir et anticiper de l'autre côté".

Sébastien Chenu : "Zemmour manque de crédibilité"

Certains membres du RN seraient tentés de partir rejoindre Éric Zemmour. Pour Sébastien Chenu, "c'est de l'intox ! Éric Zemmour n'a pas réussi à rentrer dans le costume du candidat, il n'est pas perçu comme un homme politique, il est resté au stade de polémiste. Chaque fois qu'il annonce une proposition, c'est d'une légèreté incroyable ! Sur tous les critères de compétences, de capacité à protéger les Français, Marine Le Pen est largement devant Éric Zemmour".

"Il y a dans cette candidature d'Éric Zemmour qui ne fait aucun doute, un manque de crédibilité et apport égal à zéro sur les solutions. Il est dans le constat et la polémique, ça rend service à Emmanuel Macron, car c'est fait pour affaiblir Marine Le Pen".

Pour Sébastien Chenu, "on est les mieux placés pour rassembler les Français, et on a envie de le faire ! Il serait de bon aloi qu'Éric Zemmour considère que sa candidature non seulement ne prend pas, mais en plus n'a pas la capacité à battre Emmanuel Macron. Venez nous donner un coup de main !"

 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger, à retrouver du lundi au vendredi à 8h15 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !