Lydia Guirous : "la France doit pouvoir choisir qui elle accueille"

Lydia Guirous, porte-parole des Républicains, auteure du livre “Le suicide féministe” (éditions de l’Observatoire), était l’invitée politique de Patrick Roger lundi 21 janvier sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Thumbnail

Les Républicains sont repartis à l'offensive, notamment pour essayer d'enrayer leur chute dans les sondages pour les Européennes, qui les créditent de 10 % d'intention de vote seulement. Et qui dit offensive, dit attaque sur les sujets sensibles du moment, comme l'affaire Benalla. "La Justice va faire son travail, mais tout cela est un signal d'amateurisme. Je ne vise pas Emmanuel Macron, mais il  a beaucoup protégé Benalla." a ainsi déclaré Lydia Guirous au micro de Patrick Roger.

 

Les sondages ? elle n'y attache pas vraiment d'importance : "Vous savez les sondages, certains auraient été président de la République si les sondages disent la vérité." Elle préfère plutôt critiquer le chef de l'Etat, omniprésent dans les médias avec le Grand Débat : "c'est vrai qu'il y a une saturation médiatique, Emmanuel Macron fait son one man show depuis plusieurs jours. Mais les Français n'ont plus vraiment envie de l'entendre, il y a eu une succession de trahisons."

Lydia Guirous : Le Grand Débat, c'est un simulacre"

"Qui paye ces meetings ? Est ce que ces dépenses vont être inclues dans les comptes de LREM pour les Européennes ? Et ces interventions déduites de son temps de parole ? C'est un simulacre de débat, une facon de gagner du temps."
 

Concernant le début de polémique, après les déclarations de François-Xavier Bellamy (pressenti pour être tête de liste LR aux européennes) chez Thierry Ardisson samedi soir, dans lesquelles il déclare être opposé à l'iVG à titre personnel, Lydia Guirous rappelle qu'il y a un consensus sur le sujet chez les Républicains : "Personne ne remettra l'IVG en question. Mais François-Xavier Bellamy a exprimé une conviction personnelle. Il y a eu beaucoup d'excès commis de la part du JDD dans la retranscription, et François-Xavier Bellamy a eu raison de faire une mise au point. 

"C'est une opinion personnelle, c'est un philosophe, dans le pays de la liberté d'expression c'est choquant de ne pas pouvoir s'exprimer. Il a le droit d'avoir des convictions personnelles, mais cela ne fait pas partie du projet des Républicains. Maintenant, et Simone Veil, auteur de la loi sur l'IVG, l'avait dit également, l'avortement est un drame". 

 

Quant aux dissensions avec Gérard Larcher, Jean-Pierre Raffarin, Lydia Guirous les balaye du revers de la main : " Laurent Wauquiez est en train de construire une nouvelle droite, on ne va pas se laisser entraver par ceux qui par le passé ont déçu, ou louvoyé. C'est toujours difficile d'imposer le renouvellement, mais nous avons envie d'être clairs, d'être de droite. 

Lydia Guirous "nous sommes favorables aux quotas sur l'immigration"

Et cela passe notamment manifestement par une position ferme sur l'immigration : "Nous sommes favorables aux quotas, car nous accueillons sans avoir les moyens de le faire. je pense qu'aujourd'hui que la France doit pouvoir choisir qui elle peut accueillir, et cela doit passer par un vote au Parlement. Dans de trop nombreux quartiers, il y a une forme de scission, de rejet de la France, et donc, ils ne se sentent plus concernés par l'avenir de la France. Pour eux, les Gilets Jaunes ne sont pas leur mouvement, à cause du communautarisme. C'est pour cela que nous avons besoin d'une droite de conviction."

 

 

Cliquez ici pour écouter  "L’invité du petit déjeuner politique” avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !