Louis Aliot : "Zemmour est un handicap pour la droite traditionnelle"

Louis Aliot, maire RN de Perpignan, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 2 juillet 2021 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Louis Aliot interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 2 juillet 2021 à 7h40.

Le congrès du Rassemblement National se tiendra dimanche 4 juillet 2021 à Perpignan, ville acquise au parti. Face au variant Delta, qui se propage, Louis Aliot précise que la ville a pris "le protocole sanitaire obligatoire pour ce genre de manifestations". "Je ne sais pas s’il y a un protocole particulier contre le Delta", explique-t-il.
Dans les Landes ou encore le Var, le variant Delta a conduit à retarder tout ou partie de la dernière phase du déconfinement qui a eu lieu le 30 juin 2021. "Pour l’instant, on n’est pas concernés à Perpignan", rassure le maire qui précise néanmoins qu’en "Catalogne du Sud, apparemment, le variant progresse".

 

Vaccination obligatoire : "Je crois plutôt au principe de responsabilité"

Jean Castex, et le gouvernement en général, réfléchissent à rendre obligatoire le vaccin pour le personnel soignant. Pour l’exécutif, ça devient une nécessité face au risque de quatrième vague à la Rentrée 2021, mais Louis Aliot "ne le croit pas". "Je crois plutôt au principe de responsabilité ; et les soignants sont les mieux placés pour savoir leurs responsabilités et leur part de responsabilité dans leur travail."
Le maire RN souligne que "jusqu’à présent, on ne peut pas dire que les clusters se soient concentrés dans les hôpitaux", même s’il n’exclut pas cette possibilité. "Je suppose qu’ils respectent des protocoles très sérieux", estime-t-il avant d’ajouter être contre "tout ce qui est obligatoire, surtout en matière de vaccination". Néanmoins, l’élu RN estime que le débat "peut se tenir" et n’est pas "inutile".
Et ce, que ce soit à l’hôpital ou encore en Ehpad, car "le personnel est bien formé, bien conscient du danger qui existe". "De tout ce que j’ai pu voir, il y a beaucoup de précautions qui sont prises à l’intérieur pour éviter la propagation du virus venant de l’extérieur."

 

Les commentaires de Jean-Marie Le Pen "n’ont très honnêtement pas très grand intérêt"

Le Rassemblement National a échoué à conquérir une seule région lors des Régionales 2021, contrairement à ce qui était attendu. Une claque pour Marine Le Pen à moins d’un an de la Présidentielle 2022. La stratégie de la présidente du RN est remise en cause, certains jugeant que le parti se normalise et Jean-Marie Le Pen ayant même déclaré que le RN doit se "viriliser". "Jean-Marie Le Pen, il y a un mois, disait ‘Marine Le Pen fait un parcours sans faute’ ; un mois après, il la critique", souligne Louis Aliot. "Je pense que ce sont des propos, des commentaires, d’après élections qui n’ont très honnêtement pas très grand intérêt."
"Quand on était plus radicaux, on nous disait ‘vous n’y arriverez jamais’ ; maintenant que certains nous trouvent pas assez radicaux, on nous dit "‘vous n’y arriverez jamais’", regrette l’élu. Pour lui, "c’est un faux débat" et les élections régionales sont tout simplement un "accident électoral" lié au fait que certains électeurs du RN n’ont pas été "intéressés" par l’enjeu que représentaient les élections Régionales. "Et nous n’avons pas été capables de les intéresser à cet enjeu, c’est aussi notre responsabilité que de le dire", explique Louis Aliot.

 

"Je préfère l’ouverture à la fermeture"

Pour certains, l’échec est lié à la mise en avant de personnalités issues d’autres partis. "Je préfère l’ouverture à la fermeture", explique Louis Aliot. "J’ai vu qu’à Perpignan, en ouvrant les bras à d’autres, sur un projet, sur une manière de voir les choses, à des personnalités, pas à des partis, on pouvait bâtir des majorités et on pouvait surtout gérer les affaires publiques ensemble."
S’il concède qu’il y a des divergences au niveau de la "vision politique", il souligne que "sur l’essentiel", ils partagent tous une "même vision". "Et ça fonctionne très bien à Perpignan comme ça fonctionne d’ailleurs un peu partout."

 

"Il y a beaucoup de débats au sein du Rassemblement National"

Les débats au Rassemblement National semblaient quasiment absents, les élus suivant les décisions du président ou de la présidente. Une critique que Louis Aliot balaye : "détrompez-vous, il y a beaucoup de débats au sein du Rassemblement National. Simplement, ils ne sont pas exposés sur la place publique". Au Congrès du RN, il espère "qu’il y aura un débat" et que le parti s’interroge pour savoir "pourquoi nos électeurs ne se sont pas déplacés".
S’il juge que le "contexte général" a joué, "on a notre part de responsabilité".

 

Éric Zemmour serait "un plus grand handicap pour la droite traditionnelle que pour nous"

La question d’une possible candidature d’Éric Zemmour à la Présidentielle 2022 est sur toutes les bouches, notamment depuis l’affaire Albin Michel et les affiches placardées un peu partout en France. Louis Aliot, qui déclare être "ami" avec Éric Zemmour, pense "qu’il a son rôle dans le débat à la télévision, il agite des idées. C’est un polémiste de talent, un auteur de talent, un intellectuel".
Toutefois, "je pense qu’il y a une différence majeure entre le combat intellectuel et culturel, et le combat politique".
Le maire de Perpignan rappelle néanmoins qu’Éric Zemmour "fait ce qu’il veut" : "on est en démocratie". "S’il juge, pour lui, aujourd’hui, qu’il doit se confronter au suffrage universel, et bien il se confrontera au suffrage universel. Ce n’est pas moi qui vais chercher à l’en empêcher."

Alors que certains estiment qu’Éric Zemmour pourrait faire de l’ombre au RN ? Louis Aliot juge qu’il serait "un plus grand handicap pour la droite traditionnelle que pour nous". "Il mord beaucoup plus sur l’électorat des LR et autres, plutôt que sur notre électorat", explique le maire RN de Perpignan qui, de fait, estime que la candidature du polémiste ne serait "pas une chance, mais quelque chose d’intéressant à suivre parce qu’au premier tour, et bien, chacun fera ses choix ; mais au deuxième tour, on se rassemblera pour battre, Monsieur Macron ou un autre".

 

Candidature d’Éric Zemmour : "c’est une chose qui ne nous nuirait pas plus que ça"

Si le maire de Perpignan ne souhaite pas forcément la candidature du polémiste, il estime que "c’est une chose qui ne nous nuirait pas plus que ça". S’il déclare ne pas critiquer Éric Zemmour "du matin au soir", il a une requête pour le polémiste : "c’est pas la peine, non plus, de critiquer le RN à outrance".
Le marie de Perpignan rappelle la ligne cohérente "depuis 40 ans", le RN est sur certains sujets, comme l’immigration ou l’islam radical, et demande "où étaient un certain nombre de personnes qui s’agitent autour de ce débat ? Elles n’étaient pas là !"
Sur ces sujets, thèmes de prédilection du RN, Louis Aliot estime que le parti a "l’expérience nécessaire" et "l’argumentation" qui permettent à son parti d’être "légitime".

 

"Il n’y a pas de querelles de lignes, il n’y a pas de querelles de personnes ; c’est simplement une affaire de stratégie"

Lors du Congrès du RN sera élu le vice-président du parti, en charge de le diriger pendant que Marine Le Pen sera en campagne pour la Présidentielle 2022. "On est tous candidats, au sein du Conseil national", explique Louis Aliot. "Et ce sont les adhérents et les militants qui votent pour, à peu près, une centaine de personnes." Quant au vice-président, "c’est la présidente qui choisira", précise le maire de Perpignan.

"Si c’est Jordan Bardella, moi ça ne me gène absolument pas", souligne-t-il. "Si c’est moi, et bien, ce sera exactement la même chose". "Il n’y a pas de querelles de ligne, il n’y a pas de querelles de personnes ; c’est simplement une affaire de stratégie."
"Je n’ai aucun état d’âme : je suivrai, quel que soit le choix", affirme Louis Aliot.

 

"Monsieur Macron est responsable"

Emmanuel Macron, dans un entretien accordé au magazine Elle, s’alarme d’une racialisation en cours en France. Un constat que le RN "partage depuis l’origine", souligne Louis Aliot. "Le drame, en République française aujourd’hui, c’est que celles et ceux qui sont responsables de cette situation et des dégâts que nous constatons tous, sont celles et ceux qui aujourd’hui parlent à la télévision comme s’ils n’avaient aucune responsabilité."
Pour le maire de Perpignan, "Monsieur Macron est responsable", notamment car "il est un homme du système" et a été ministre sous François Hollande. "Droite et gauche confondues, depuis 40 ans, ils mènent la France au désastre, et ils continuent à la mener. Et c’est cela qu’il ne faut plus accepter."

 

"Je pense qu’en France, il ne devrait y avoir que des Français"

L’ONU, afin de lutter contre le racisme systémique en France, conseille au gouvernement de recourir aux statistiques ethniques. "La République, elle est une et indivisible", rappelle Louis Aliot : "elle n’a pas de couleur de peau". "Je trouve que ce modèle anglo-saxon qui est en train d’occuper l’espace public et, petit à petit, notre espace culturel et privé, sera une catastrophe pour un pays comme le nôtre."
"Je pense qu’en France, il ne devrait y avoir que des Français, quelle que soit leur couleur de peau, quelle que soit leur religion", déclare Louis Aliot, sous réserve de respecter drapeau et Histoire.
Concernant les statistiques ethniques, Louis Aliot dit préférer "une politique offensive d’assimilation" à des "statistiques qui continueraient de faire parler les commentateurs".

 

"Le harcèlement qui est mené et que je mènerai partout dans la ville de Perpignan, il est aussi efficace"

Dans la ville de Perpignan, la police a muré un point de deal, ce qui a eu pour conséquence de déplacer "le problème", concède le maire RN. "Mais le harcèlement qui est mené et que je mènerai partout dans la ville de Perpignan, il est aussi efficace", estime-t-il.

"Parce que, tout simplement, les gens peuvent aller travailler le matin sans se faire gêner par une bande de zozos, qui sont une poignée, mais sur lesquels, il faut le dire, l’État ne fait rien." Pour lui, il manque des ordres pour lutter contre ces trafics, notamment car ça "demande deux choses : du courage, et puis ça demande de les arrêter et de les mettre en prison et de faire du harcèlement de manière permanente".

 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !