Louis Aliot : "La France est en danger"

Louis Aliot, maire RN de Perpignan et auteur de "Impossible n'est pas français" (éditions Quid Novi), était l’invité du “petit déjeuner politique” de Benjamin Glaise le 17 septembre 2021 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h15.

Louis Aliot, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 17 septembre 2021 à 8h15.

Louis Aliot : "il faut une commission d'enquête" sur le contrat des sous-marins

L’Australie a rompu le "contrat du siècle" avec la France, concernant de sous-marins nucléaires, à hauteur de 56 milliards d'euros. "Je pense que c’est un échec gravissime pour l’industrie navale française, mais aussi pour la géopolitique et la diplomatie", estime Louis Aliot qui juge que la France a été "un peu amateur dans cette affaire-là". "Il faut s’interroger réellement sur les responsabilités au plus haut niveau", appelle-t-il.

Le maire de Perpignan souhaite donc "une commission d’enquête" qui, selon lui, "ne serait pas de trop pour savoir ce qu’il s’est passé". "On ne peut pas, comme ça, signer des contrats à plus de 30 milliards d’euros puis d’un coup, du jour au lendemain, sur une décision certes américaine, comme d’habitude, rompre un tel contrat avec des conséquences pour nos territoires et pour notre image dans le monde", argumente le vice-président du Rassemblement national.

 

"Nous ne sommes pas au niveau d’une grande puissance"

Les États-Unis déclarent que la France avait été prévenue, ce que réfute l’ambassadeur français. "C’est une grosse défaite" pour l’industrie "qui aura des conséquences très certainement et qui abîme l’image de la France à l’international", déplore Louis Aliot. Cette défaite "abîme aussi la fameuse stratégie dans le Pacifique". "Je me demande bien maintenant qu’est-ce que vont faire les Français, que va faire le gouvernement français, pour asseoir la position de la France dans le Pacifique", interroge-t-il.

Le maire rappelle néanmoins que "nous avons des terres lointaines françaises, en l’occurrence la Nouvelle-Calédonie, qu’il faudra maintenir à la France" mais aussi "la Polynésie française". Malgré ça, "en matière de protection de cet espace-là, on manque de moyens", analyse l’auteur du livre Impossible n’est pas français. "Nous ne sommes pas au niveau d’une grande puissance qui serait capable, dans le Pacifique, de défendre ne serait-ce que son espace maritime", regrette Louis Aliot.

 

Le pass sanitaire "n’a plus raison d’être, avec les incidences qu’il y a"

La situation sanitaire s’améliore en France, avec des chiffres qui baissent tout en restant élevés, à près de 10.000 nouvelles contaminations par jour et plusieurs dizaines de décès. La question du maintien du pass sanitaire se pose, et a même été soulevée par Emmanuel Macron le 16 septembre 2021. Pour Louis Aliot, c’est simple, le pass sanitaire n’a "très honnêtement" plus de sens, "avec les incidences qu’il y a, n’a plus raison d’être". "En espérant qu’on sorte définitivement de cet épisode Covid et de ces vagues successives qui ont quand même beaucoup bouleversé le monde économique, le monde social mais même les rapports entre Français. Et c’est ça qui est le plus inquiétant", souligne le maire de Perpignan.

Samedi 18 septembre 2021 se tiendra la dixième manifestation contre le pass sanitaire. Louis Aliot ne les soutient pas particulièrement mais rappelle leur "liberté" de manifester. L’élu à la mairie de Perpignan juge que "ça s’essouffle un peu quand même et qu’il n’y a plus de sujet, aujourd’hui, pratiquement". Pour lui, cette contestation est "une contestation du gouvernement" et "une contestation de M. Macron". "Mais sur le fond, très honnêtement, moi je vois à Perpignan, il y a du monde dans les manifestations… mais la grande majorité est très détachée de ce genre de contestation", rapporte-t-il.

 

"La liberté, ce n’est pas que le pass sanitaire, c’est aussi la liberté de sortir dans la rue"

L’annonce de potentiels allègements du pass sanitaire par Emmanuel Macron pourrait être une tentative de contrer le RN, et notamment Marine Le Pen qui a fait du terme "liberté" son mot d’ordre de campagne. Ce n’est pas l’avis de Louis Aliot qui juge que "la situation s’impose au gouvernement et à Emmanuel Macron". L’élu RN rappelle néanmoins que "la liberté, ce n’est pas que le pass sanitaire : c’est la liberté aussi de sortir dans la rue, de ne pas se faire agresser, etc.". Pour lui, la liberté, "il faut la défendre parce que dans certains endroits, et de plus en plus, c’est quelque chose qui n’existe plus".

"La campagne présidentielle va aussi être l’occasion de décliner un certain nombre de sujets sur la liberté, et notamment sur la sécurité, car la situation est en train d’empirer", alerte le maire RN de Perpignan. La cause ? Un "manque de moyens et d’effectifs de la Police nationale" ainsi qu’un "manque de volonté" et "parce que de plus en plus la violence s’installe" avec, comme auteurs, "des individus très jeunes". "Il faut, évidemment, mettre fin à tout ça."

Dans la ville de Perpignan, le maire a instauré la présence 24h/24 de la police municipale. Une mesure qui s’accompagne de l’ouverture de postes "dans les quartiers" et du recrutement d’effectifs "supplémentaires", explique Louis Aliot. "Mais il y a un problème de fond : c’est par rapport à la police nationale" qui manque de moyens. "C’est au ministre de répondre à cela", rappelle-t-il. Le manque de moyens "crée évidement, sur le terrain, des problèmes particuliers". L’absence de réponse du ministre de l’Intérieur conduit à "une violence qui s’installe et un trafic de drogue qui devient absolument endémique et que personne ne conteste".

 

Défense de la civilisation française : "ça a toujours été notre marque de fabrique"

Marine Le Pen semble avoir eu une ligne plus dure et moins sociale, lors de son discours de rentrée. Elle a mis l’accent, entre autres, sur la défense de la civilisation française. Pour Louis Aliot, "ça a toujours été notre marque de fabrique". "On décline tous les thèmes, et, aujourd’hui, la France est en danger : notre système de valeurs, notre civilisation, ce que nous sommes est en péril et il faut le défendre", juge-t-il, estimant que si le RN a été "raillé" à cause de ces thématiques, aujourd’hui "nos adversaires portent notre discours" ce qui, pour lui, est "une marque de reconnaissance incroyable". Louis Aliot tient à rappeler que "ça fait depuis 30 ans qu’on dit ‘attention, voilà ce qu’il va se passer’ ; parce que c’est en train de se passer, précisément".

 

Marine Le Pen souhaite maintenir la retraite à 60 ans, avec 40 annuités. Ce qui n'est pas du goût de l'ensemble des cadres du parti. "Peut-être que certains cadres ne sont pas d'accord, mais une grande majorité des Français le sont", répond Louis Aliot qui précise que les 40 annuités "ne veut pas dire que vous partez systématiquement à 60 ans". À ceux qui disent que cela coûterait plus cher, le maire de Perpignan appelle d'abord "à commencer par faire des économies sur beaucoup de sujets, dont l'immigration" avant de demander aux Français "de faire des efforts".

 

"On pourrait avoir les conditions d'un large rassemblement pour contrer ce système"

Sur la potentielle candidature d'Éric Zemmour, Louis Aliot assure "ne pas en avoir peur", même s'il "fait parti du paysage politique, le débat est sain". Il regrette cependant que "l'on pourrait avoir les conditions d'un large rassemblement national, patriote et républicain pour contrer ce système", avec Éric Zemmour notamment, appelle-t-il. "S'il continuait sa démarche jusqu'au bout, il serait très clairement un diviseur de la famille nationale et favoriserait le Président du système en place", analyse le maire.

Pour gagner en 2022, Marine Le Pen aura "besoin de tout le monde", affirme-t-il. "Pour gagner une élection, il faut parler à tout le monde", ajoute le cadre du RN. Louis Aliot rejoint l'idée de Robert Ménard qui souhaite "un pacte" avec Éric Zemmour pour gagner la présidentielle. "Ces querelles de personnes sont dérisoires", tempère le maire de Perpignan confronté "aux problèmes du quotidien". Il en appelle à "trouver les moyens du compromis pour avancer ensemble".

 

Selon Louis Aliot, "Nous serons les seuls candidats plus ou moins de droite"

Selon un sondage Ifop/Fiducial pour Sud Radio, Xavier Bertrand est la personnalité politique incarnant le mieux la droite, loin devant Marine Le Pen qui se classe en cinquième position. "Si c'est Xavier Bertrand qui incarne la droite, c'est que la droite aujourd'hui, c'est un synonyme de la gauche", réagit Louis Aliot pour qui, si le président des Hauts-de-France est candidat, "nous serons les seuls candidats plus ou moins de droite dans cette élection".

Selon l'auteur du livre Impossible n’est pas français, "depuis 1981, ça a été une succession d'échecs", pointant en particulier ceux qui "se font élire sur des idées patriotes, sur la sécurité, avec des idées très dures, mais une fois aux affaires, ils font exactement l'inverse de ce pourquoi ils ont été élus". "Il faut une vraie rupture avec la politique", propose Louis Aliot qui estime "l'incarner".

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !