Les Républicains : "ce parti ne répond plus du tout aux espérances des Français"

Les Républicains
Quel avenir pour les Républicains ? AFP

Quel avenir pour les Républicains ? Deux jours après la démission de Laurent Wauquiez, les personnalités du parti s'organisent pour sauver leur parti, ou pour le quitter. Plusieurs élus des Hauts-de-Seine se sont réunis lundi 3 juin au soir lors d'un bureau politique exceptionnel à la fédération à Neuilly, pour discuter de leur avenir chez les Républicains. Eric Berdoati à Saint-Cloud ou encore Rémi Muzeau à Clichy ont déjà annoncé leur départ du parti. Tout comme Jean-Jacques Guillet à Chaville. Dans sa commune, les habitants comprennent sa décision. Mathilde Choin de Sud Radio est allée à leur rencontre.

 

Jean-Jacques Guillet : "ce parti ne répond plus du tout aux espérances des Français"

Son maire qui rend sa carte des Républicains ? Jocelyne est catégorique : "je suis contente ! Parce que les Républicains ne valent plus rien" confie-t-elle au micro de Mathilde Choin de Sud Radio. RPR, UMP : Jocelyne a toujours voté à droite. Mais elle ne s'imagine plus le faire aujourd'hui, déjà trop déçue du mandat de Nicolas Sarkozy : "critiquer, c'est facile ! Ils ont été au gouvernement pendant combien d'années ?"

À une quinzaine de kilomètres de Paris, Chaville est à droite depuis deux mandats. Alors qu'elle est contente de la politique menée par son maire, Mariette comprend aussi son choix : "ça suffit, ras-le-bol des disputes !" Résultat, Mariette fait partie des 34% des votants à avoir voté pour la liste de Nathalie Loiseau dans sa commune.

Rejoindre La République en Marche, le maire de Chaville, Jean-Jacques Guillet, n'en est pas là. Au RPR depuis 1976, sa décision de quitter les LR est mûrement réfléchie, face à cette situation qu'il juge sans issue : "je pense sérieusement qu'il n'y a pas de solution pour les Républicains. Je ne dis pas que la droite est morte, mais ce parti ne répond plus du tout aux espérances des Français et on est en train de disparaître définitivement de la scène politique". 

Philippe Juvin : "il faut donner à Gérard Larcher sa chance"

Le maire de la Garenne-Colombes et président des Républicains dans les Hauts-de-Seine, Philippe Juvin, n'exclut toujours pas, quant à lui, de quitter son parti si la situation n'évolue pas. Il a appelé, lundi 3 juin, les maires LR du département à faire confiance au président du Sénat, Gérard Larcher, pour s'occuper de l'avenir de leur parti :

Pour éviter de voir disparaître le parti, Gérard Larcher, le président du Sénat, organise le 4 juin une réunion de rassemblement avec tous les leaders de la droite et du centre. Une réunion annoncée dès la semaine dernière, au lendemain de la déroute des LR aux européennes.

Les rubriques Sudradio