Les Français en ont "assez que nous bloquions les réformes" selon Geoffroy Didier

Geoffroy Didier, invité de Territoires d'infos le 26 mai 2016
Geoffroy Didier, invité de Territoires d'infos le 26 mai 2016

Le nouveau député européen Les Républicains Geoffroy Didier, invité lundi matin du Grand Matin Sud Radio, s’est prononcé en faveur d’une refonte du "logiciel" des Républicains.

À la faveur de l’élection de la députée européenne Constance Le Grip à l’Assemblée national, Geoffroy Didier prendra sa place à Bruxelles dans les prochaines semaine. En attendant, l’élu Les Républicains a appelé lundi matin sur Sud Radio son parti "à inventer un nouveau logiciel". S’il se dit "satisfait" du "léger reflux par rapport à la vague immense" de la République en Marche au premier tour, Geoffroy Didier a rappelé que "la droite a quand même bien perdu". "Il va falloir qu’on se pose des questions, qu’on comprenne pourquoi et qu’on parvienne à inventer un nouveau logiciel", a-t-il ajouté. 

"Une chance historique" selon Geoffroy Didier

Pour le nouveau député européen, Les Républicains ne devront pas être dans "l’obstruction" systématique des futures réformes du gouvernement. "Aujourd’hui, les Républicains sont devenus le premier contre-pouvoir face à la République en Marche. Ça nous donne une immense responsabilité", a-t-il dit. Selon lui, avec 131 sièges, l’alliance LR-UDI formera l’opposition au sein du Palais Bourbon "mais aussi dans les territoires" grâce aux nombreux maires Les Républicains et aux présidents de région à l’image de "Valérie Pécresse, Xavier Bertrand ou Laurent Wauquiez".

Selon Geoffroy Didier, les Français, et plus particulièrement les électeurs de droite, ont envoyé un "signal de défiance" car "ils en ont assez que nous bloquions les réformes, ils en ont assez des postures". Lui assure qu’il fonctionnera de "manière très saine" en disant "oui" aux réformes avec lesquelles il est d’accord, comme par exemple sur la loi travail. "Quand je ne serai pas d’accord, quand je constaterai, par exemple sur la lutte contre le communautarisme, qu’Emmanuel Macron est faible, imprécis et flou, je m’y opposerai", a-t-il ajouté. "Nous serons à la fois très offensif sur nos valeurs et à la fois très constructif", a résumé le député européen. 

Cependant, pour y arriver, il faudra un seul et unique groupe à l’Assemblée nationale, a laissé entendre Geoffroy Didier. "Il nous faut une droite plus forte sur le plan régalien, beaucoup plus protectrice socialement, qui sur le plan économique ne soit pas ultralibéral mais pour du pragmatisme et du bon sens. Vous verrez qu’il n’y aura pas de place pour deux groupes", a estimé l’élu LR, manifestement très optimiste. En effet, alors que les résultats des élections législatives sont manifestement une défaite pour la droite, il considère tout que "ce qui s’est passé est une chance historique".

Vos réponses pour cet article
Vous devez être connecté pour réagir
Les rubriques Sudradio