single.php

Législatives : PS, LR… Des alliances qui posent question

Par Jean Baptiste Giraud

Alliance à droite avec le RN, à gauche avec LFI... Les élections législatives réveillent les fractures internes.

Eric Ciotti
Eric Ciotti exclu du LR mais toujours président. (Ludovic MARIN - AFP/Archives)

Alors que des élections législatives vont avoir lieu dans quelques semaines, des alliances se nouent dans l’urgence à gauche comme à droite.

Législatives : "Nous sommes déjà dans l’après Macron"

Eric Ciotti a annoncé qu’il souhaitait une alliance entre LR et RN. Depuis, le parti de droite se déchire. "Je regrette cette annonce et je la condamne, explique Annie Genevard, secrétaire générale de LR. C’est une source de confusion et de division. Nous sommes une famille politique qui a une identité, des valeurs, et je crois un avenir. Évidemment, il y a ceux qui sont favorables à cet accord et ceux qui y sont hostiles."

Un bureau du parti LR se tient le 12 juin. Eric Ciotti doit-il quitter la présidence du parti ? "Cette décision a été prise dans le secret et unilatéralement. Il serait souhaitable qu’il se mette au moins en retrait jusqu’à la fin de la campagne des législatives." Mais les électeurs ne veulent-ils pas une alliance des droites pour reconquérir le pouvoir ? "Nous sommes déjà dans l’après Macron, et l’électorat de droite va chercher une autre politique qui lui corresponde. Est-ce que ce sera ce que propose le RN, profondément, je ne le crois pas."

Accord autour des positions du PS

Du côté gauche de l’échiquier, il semble y avoir un accord entre PS et LFI, dans le cadre d’un nouveau Front Populaire. "Il faut tout faire pour faire barrage à l’extrême-droite, estime Nicolas Mayer-Rossignol, maire de Rouen et premier secrétaire délégué du Parti socialiste (PS). Il faut savoir se rassembler dans la clarté sur les positions qui ont viré en tête de la gauche, celles de Raphael Glucksmann."

"Et ce en respectant un nombre de conditions claires : ne sont pas négociables le soutien à l’Ukraine, le Hamas terroriste, la laïcité…" Mais alors comment s’allier avec les candidats et élus LFI ? "Les négociations sont toujours en cours. Par rapport à 2022, il y a une grosse différence : la ligne arrivée en tête n’est pas LFI. La NUPES était un attelage mené par LFI. Aujourd’hui, elle est morte, et l’accord doit se faire autour des positions du PS."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

L'info en continu
15H
14H
13H
11H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/