L'édito politique de Laurent Mauduit - Davos, temple du capitalisme planétaire

Dans la station des Grisons en Suisse, les grands décideurs du monde entier dont Donald Trump et Emmanuel Macron mais aussi des milliardaires s'affairent autour des problématiques du moment. Seulement, ce sommet survient peu après le rapport publié par l'Oxfam sur les inégalités de richesse dans le monde. Cet événement est "inutile même si très à la mode" selon Laurent Mauduit. Explications.

L'édito politique de Laurent Mauduit

Retrouvez l'édito politique de Laurent Mauduit chaque mardi à 7h20 sur sudradio.fr.

Le sommet de Davos commence ce matin, en présence de nombreux chefs d’État et de grands patrons du monde entier. Quelle est l’importance de ce rendez-vous planétaire ?

L’importance ? Elle est nulle. La très chic station suisse devient pour quelques jours le temple du capitalisme planétaire où il est de bon ton, pour tous les grands de ce monde, de se montrer et d’être vus. Oui, être vus : c’est peut-être cela l’essentiel, pour beaucoup. Et puis comme la régulation mondiale est en crise, comme il n’y a plus ni G5, ni G7, ni G20, comme le multilatéralisme est en recul et que la logique du chacun pour soi est malheureusement la norme, ce genre de festivités mondaines planétaires est plus que jamais à la mode. Totalement inutile, mais plus que jamais à la mode.

Je suis bien sévère avec Davos ?

Allez, je vous le concède. Davos a tout de même une utilité. C’est chaque année, le miroir de ce que devient le capitalisme planétaire. Et cette fois, l’image que ce forum renvoie est particulièrement insupportable. Songez à ces chiffres ahurissants que l’ONG Oxfam a publié hier. Les richesses des 1 % les plus riches de la planète correspondent à plus de deux fois la richesse de 90 % de la population (6,9 milliards de personnes). Et d’année en année, cela ne cesse de se creuser, du fait de politiques fiscales très favorables au plus riches, dans la plupart des grands pays du monde. Voilà donc l’image principale que le Forum de Davos renvoie du capitalisme mondial : il est de plus en plus insoutenable. Au plan social, comme au plan environnemental.

Et vous englobez la France dans ce panorama ?

Évidemment ! Car les inégalités s’y creusent à la même vitesse. Et même sans doute plus vite qu’ailleurs. Vous avez vu que la fortune des 14 premiers milliardaires français a augmenté de 34,8 % en 2019, soit 68,8 milliards d’euros, c’est deux fois plus que les milliardaires chinois (17 %) et américains (15 %). Et là encore, ces sont les politiques fiscales - pas seulement, mais en bonne partie - qui expliquent ces évolutions.

Et la contrepartie, vous la connaissez Patrick, ce sont des politiques d’austérité pour le plus grand nombre, en matière de revenus ou de retraites. J’ai dit insoutenable ? Je confirme. Totalement insoutenable. D’urgence, il faut bâtir un nouveau système. Mais ce n’est assurément pas à Davos qu’on l’inventera.