Jordan Bardella : "Ministres en meeting, candidate sous tutelle, mais qui gouverne ?"

Invité politique

Si Emmanuel Macron et son gouvernement ne sont pas sanctionnés, "le rouleau compresseur va se remettre en marche", selon la tête de liste du RN aux élections européennes. Jordan Bardella était l'invité politique du Grand matin Sud Radio.

Immigration

"Bellamy dit qu'il faut arrêter de re-localiser les migrants par quotas dans nos villages, mais c'est eux qui le votent à Bruxelles !"

Les accusations de collusion avec Steve Bannon

"Est-ce que vous vous rendez compte du délire? On rencontre le directeur de campagne de Donald Trump, et on est accusé d'intelligence avec l'ennemi ?! Il y a une menace pour la sécurité nationale? Ces parlementaires proches de la majorité seront poursuivis pour diffamation. Comme on est en tête à 15 jours du scrutin, on essaye de nous attaquer avec des boules puantes. Mais il y a un vrai problème de fond, c'est que les banques françaises ne nous prêtent pas. Steve Bannon a du réseau, on a sollicité son carnet d'adresse, même si ça n'a pas abouti. Mais ça ne prend pas, attaquons nous à la loyale".

Les emplois fictifs du RN au Parlement européen

"Je ne suis mis en cause dans aucune enquête de justice. On nous ressort cette histoire d'emplois fictifs à chaque fois à l'approche d'un scrutin".

L'hommage aux deux militaires Français morts en libérant des otages

"Ces otages devaient être secourus, mais ils ont fait preuve d'irresponsabilité. Ils ont pris des risques. Ces deux militaires font partie désormais des héros français, comme Arnaud Beltrame".

Vote sanction aux européennes

"On est au coude à coude. Je dis aux français: ne vous dispersez pas. Si Macron arrive en tête, le rouleau compresseur va se remettre en marche. Le seul langage que connaissent ces gens, c'est la fessée électorale".

L'exécutif mobilisé pour le scrutin

"Pendant que les ministres sont en meeting, pendant que la candidate est sous tutelle, qui gouverne ?"

Les droits des femmes

"J'ai beaucoup d'amies qui sont contraintes de porter un voile pour se sentir tranquilles dans l'espace public. Quand je vois les féministes s'accaparer la couleur des cartables, je pense qu'elles s'intéressent aux mauvais sujets".

Les rubriques Sudradio