Jean-Paul Garraud : "la Santé n’est pas du domaine de l’Union européenne"

Jean-Paul Garraud, député européen et candidat RN aux Régionales en Occitanie, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 23 mars 2021 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Jean-Paul Garraud interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 23 mars 2021 à 7h40.

Jean-Paul Garraud : "Les Français n’ont plus confiance dans le gouvernement depuis longtemps"

Le gouvernement a lancé une nouvelle campagne de communication "Dedans avec les miens, dehors en citoyen", pour mieux expliquer les gestes barrière et les règles durant la pandémie et le Confinement 3. "C’est un nouveau message, un nouveau slogan, un revirement nouveau" souligne Jean-Paul Garraud, député européen et candidat RN aux Régionales en Occitanie. Pour lui "tout ceci rend les Français dans des situations complètement particulières : ils ne savent plus à quoi s’en tenir".

"Ce qui compte d’abord et avant tout c’est la gestion de cette maladie, puisqu'il ne s'agit pas véritablement d'une épidémie mais d'une maladie" juge-t-il. Les Français "n’ont plus confiance dans le gouvernement depuis longtemps", une situation exacerbée par "le nouveau revirement qu’il y a eu par rapport à la vaccination" avec la création des vaccinodromes, initialement refusés par l’exécutif. "On perd des mois par rapport à cela."

"Les doses de vaccins sont fabriquées en grande partie en Europe et sont exportées"

Les vaccinodromes n’auraient toutefois pas été utiles avant, car les doses n’étaient pas disponibles. "Pourquoi n’y a-t-il pas les doses ?" s’interroge Jean-Paul Garraud. "Il y a là un scandale que je dénonce et je ne suis pas le seul ! Est-ce que les Français savent que les doses de vaccins sont fabriquées en grande partie en Europe et qu’elles sont exportées ? Alors que nous sommes en manque cruel de vaccins pour les Européens et les Français en particulier, on exporte des millions de doses ! Il y a quelques jours, précise le candidat RN aux Régionales, "on était à 31 millions de doses exportées, c’est incroyable."

Alors qu’aux États-Unis les doses fabriquées sont gardées "pour les Américains", explique le député européen, en Europe, alors qu’on manque de doses de vaccin, "on l’exporte". Il juge que le "point essentiel" de cette affaire est que "nous avons délégué à la Commission européenne la question de la santé des Européens et surtout des Français, alors que la Santé n’est pas du domaine de l’Union européenne. La santé est réservée aux pays nationaux, à la France".


La décision est justifiée par la volonté d’éviter une guerre pour les vaccins entre les pays de l’Union européenne. "Quand on est face à un danger de mort comme celui-là, il était évident que le pays, nos responsables politiques, auraient dû s’occuper eux-mêmes de cette question", tranche le député européen. Sur le vaccin russe Spoutnik V, il estime "qu'à partir du moment où se vaccin sera agréé, on pourra le diffuser".

 

"Le gouvernement est toujours en retard sur l’événement"

Le Confinement 3 apparaît comme un non-confinement, notamment car les sorties sont autorisées sans limite de temps. "Le gouvernement est toujours en retard sur l’événement, on a jamais un coup d'avance mais toujours un coup de retard estime Jean-Paul Garraud, ce qui explique que la situation se dégrade forcément. Il n’y a pas d’anticipation. On n’arrive pas à trouver de solution globale". Le confinement aura pour conséquence que "la population va craquer à un moment donné" analyse l’élu.

Au lieu de prendre le critère des lits de réanimation, au début de la pandémie, il aurait fallu "protéger les Français" selon le député européen, ce qui impliquait "naturellement fermer les frontières ou encore isoler les gens qui sont positifs et les traiter. On arrive maintenant à cibler les foyers d'infection avant que ça éclate, avec par exemple l'analyse des eaux usées. Nos politiques n'ont plus ce sens de la responsabilité" déplore-t-il.

Échange musclé avec Aurélien Pradié : "S'il avait été victime d'une agression pourquoi n'a t-il pas porté plainte ?"

Jean-Paul Garraud est candidat aux Régionales en Occitanie, alors qu’il est de Gironde. De fait, il est attaqué en tant que parachuté par le RN par ses opposants, notamment Aurélien Pradié. L’élu européen rappelle que la famille Garraud "ça remonte dans les années 1370 à Toulouse". Mais, surtout, il rappelle avoir été "juge d’instruction à Toulouse", être "né à Toulouse" tout comme sa femme et ses enfants. "Je suis originaire de la Haute-Garonne, du Tarn, de l'Ariège et de l'Aveyron !"

Sur une chaîne locale, un échange musclé a eu lieu entre Jean-Paul Garraud et Aurélien Pradié, mais pour le premier c’est un "épiphénomène. Le but était justement de m’énerver" estime le candidat RN qui rappelle être resté "d’un calme olympien. Je n’ai agressé personne, il n’y a eu aucun contact physique. Cette émission a été enregistrée le vendredi, si ce Monsieur avait été victime d'une agression telle qu'il l'a décrite, pourquoi n'a-t-il pas porté plainte ? C'était viril mais correct, personne ne nous a séparés".

"Les idées que nous portons sont majoritaires"

Jean-Paul Garraud affirme être allé à cette émission pour discuter de l'avenir de la droite. "La droite et la gauche, c'est fini ! soutient-il. Ce sont des partis moribonds. Ils se croient encore des partis de gouvernement mais le débat n'est pas à ce niveau-là.  Je voulais simplement faire comprendre aux gens que maintenant, il faut se réunir. En Occitanie comme ailleurs, les idées que nous portons sont majoritaires : quand on analyse les résultats électoraux de toutes les dernières élections, il y a une montée de ce que nous disons assure-t-il. Pourquoi on n'arrive pas à s'entendre entre gens intelligents ?"

Marine Le Pen a lancé le parti "L’Avenir Français", un nouveau parti allié qui accueille notamment des ex-cadres de Debout la France. Jean-Paul Garraud confie être en relation souvent avec d'autres personnalités venant de la droite classique et "tout le monde me dit que j'ai raison ! Mais ils n'osent pas, ils manquent un peu de courage regrette-t-il. Je suis là où je suis en étant resté le même ! affirme le député européen. Quand j'ai décidé de faire de la politique, je suis resté avec les mêmes convictions, cette fibre un peu RPR. Le LR n'est plus du tout le LR que j'ai connu ! Il y a eu une évolution terrible, on n'a pas tenu les promesses qui avaient été faites à nos concitoyens. J'ai créé la droite populaire avec Thierry Mariani en 2010 pour pousser notre majorité à aller au bout des promesses électorales de 2007, on n'y est malheureusement pas arrivés. J'invite tous les gens sincères à nous rejoindre ! Sur les listes que je compose, il y a des gens qui viennent des LR et d'autres horizons et pas que de la droite".

 

"Monsieur Dupond-Moretti est en train de régler des comptes !"

Marine Le Pen a annoncé que si elle arrivait au pouvoir, Jean-Paul Garraud, ancien magistrat, serait son ministre de la Justice. "Si cet honneur m'est fait, je pense que je ne serai pas applaudi par les prisonniers lors de ma première sortie ! assure Jean-Paul Garraud. Je pense que je renforcerai l'institution et je ferai en sorte que les enquêtes soient efficaces tout en ménageant les droits de La Défense. Monsieur Dupond-Moretti n'arrive pas à se débarrasser de sa robe d'avocat pénaliste, il a toujours été en opposition avec la magistrature dans les cours d'assises, en particulier par rapport aux procureurs. Pour l'ancien magistrat, il est en train de régler des comptes !"

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !