Européennes : peut-on tout dire dans une campagne électorale ?

UE: des prévisions de croissance à la hausse
Peut-on tout dire dans le cadre d'une campagne électorale ?

Quelles sont les limites de l’expression dans le cadre d’une campagne électorale ? C’est le débat du jour avec Véronique Jacquier, dans Info vérité sur Sud Radio le 20 mai. Avec pour invités :
- Renaud Camus, tête de liste « La ligne claire » ;
- Bruno Cautrès, chercheur CNRS au CEVIPOF ;
- Vincent Vauclin, tête de la liste « Reconquête » ;
- Yann Le Bihan, candidat sur la liste « Alliance Jaune » ;
- Michèle Léridon, membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel.

Info Vérité est diffusée tous les jours à 7h10 et 9h15 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Pour la première fois dans une élection en France, pour les élections européennes, deux listes d’extrême-droite anti-islam disposent de moyens publics pour diffuser leurs idées, de même qu’une liste se revendiquant musulmane. Est-ce normal ? "Disposer de moyens publics pour faire campagne, ça veut dire un clip de campagne tous frais payés diffusé sur la télé publique", explique Véronique Jacquier.

Le Grand remplacement au cœur de plusieurs listes

"Le Grand remplacement est une réalité. Si nous ne faisons rien, il sera trop tard". Ce sont des propos tenus par Vincent Vauclin, le président de ce parti nationaliste qui évoque aussi la re-migration, dans le clip de campagne de la Liste de la Reconquête. Des thèmes également repris par le polémiste d’extrême-droite Renaud Camus qui a vu sa liste validée pour les prochaines élections européennes : la liste Ligne Claire. Pour Renaud Camus, "l’Europe est bien plus colonisée qu’elle n’a jamais colonisé elle-même. Il faut une re-migration pour éviter des massacres".

Paradoxalement, ce thème du Grand remplacement est aussi évoqué par la liste musulmane pour les européennes, "Une Europe au service des peuples. Selon elle, « Il n’y a pas de grand remplacement, mais un grand aveuglement". François-Xavier Bellamy, le candidat des Républicains, le formule autrement : "Il ne faut plus céder de terrain à l’islamisme et au communautarisme". Un constat partagé par toutes les listes nationalistes en Europe qui font campagne contre l’immigration. "Oui, on peut tout dire dans une campagne, souligne Véronique Jacquier. C’est le propre de la démocratie. Si les partis traditionnels perdent du terrain, c’est parce qu’ils ne nomment plus une réalité perçue pour certains, fantasmée pour d’autres. Donald Trump aux États-Unis a fait campagne en 2016 en étant politiquement incorrect du matin au soir. On peut tout dire tant que ça ne tombe pas sous le coup de la loi". 

Diviser les dépenses de campagne ?

Renaud Camus a été condamné pour provocation à la haine raciale, en 2015, pour avoir traité les musulmans de "colonisateurs". Mais il dirige une liste pour ces élections européennes. Pure provocation ? "Provoquer n’est pas le mot, j’essaie de réveiller sur la submersion migratoire, estime Renaud Camus, tête de liste La ligne claire. Sans savoir si on peut ou pas tenir certains propos, la presse dit tout ce qu’elle veut. Nous ne sommes pas d’extrême-droite. Je ne parle pas de l’Europe blanche, assez peu de l’Europe chrétienne, je parle de la fin d’une civilisation".

S'il n'est pas d'extrême-droite, où se situe-t-il alors ? "Nos modèles, ce sont les résistants de la dernière guerre, les anticolonialistes, les dissidents soviétiques… Mon souci est que ma culture, ma civilisation ne soient pas submergées par d’autres. Les décoloniaux, c’est nous." Quel score peut atteindre une telle liste ? "Je n’ai aucune idée de ce que nous pouvons faire, quasi sans aucun accès aux médias. Est-ce démocratique que certains n’aient pas accès aux médias ? Nous réclamons que les dépenses de campagne soient divisées par dix pour tout le monde, cela rétablirait un peu d’égalité".


Cliquez ici pour écouter "Info Vérité" présentée par Véronique Jacquier

Retrouvez "Info Vérité" du lundi au vendredi avec Véronique Jacquier à 7h10 et 9h15 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

 

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio