Euro-Rolling / Européennes 2019 : focus sur le profil de l'électorat LREM-MD

Euro-Rolling 2019 : votre nouveau rendez-vous politique ! Découvrez chaque jour, les résultats de notre sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Sud Radio, Paris Match et CNews sur les intentions de vote en continu pour les élections européennes.

Thumbnail

Le duo de tête se détache de toutes les autres listes

La liste La République en Marche est toujours installée en tête du classement, selon notre sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Sud Radio, Paris Match et Cnews. Avec un score total de 23,5 % (=) des intentions de vote, la liste LaREM, qui prochainement devrait être officiellement investie par Nathalie Loiseau, devance de 2.5 points celle du Rassemblement National (21%; -0,5%).

Si le scrutin avait lieu ce dimanche, la liste les Républicains recueillerait 13% d'intentions de vote, la France Insoumise 8% (+0,5), les écologistes d'EELV 7,5% (=) et le Parti socialiste 5,5% (=).

En dessous de la barre des 5%, on retrouve : Debout La France 4,5% (=), Gilets Jaunes 4,5% (+0.5); Génération.s 3,5% (=), Parti communiste 2% (=); Résistons 1% (-0,5); Union pour la République 1% (=), Autre 1% (-0,5), Lutte Ouvrière 1%  (+0,5); Nouveau Parti anticapitaliste 0,5% (-0,5); les Patriotes 0,5% (=).

Qui sont les français qui soutiennent la liste de la majorité ? 

72% des sondés qui avaient voté pour Emmanuel Macron au 1er tour en 2017 déclarent vouloir voter pour la liste LREM-MD lors des élections européennes. Chiffre notable : 19% des électeurs de François Fillon voteraient  LREM-MD. 

LREM-MD réalise de très bons scores auprès des électeurs de 65 ans et plus avec 32% (+1); auprès des cadres et professions intellectuelles supérieures avec 41%; et auprès des dirigeants d'entreprise et salarié du secteur privé avec 23%.

Auprès des ouvriers, LREM-MD recueille seulement  8% des intentions de vote et réalise une perte de 3 points auprès des jeunes de 18 à 24 ans (17%). Concernant le niveau de vie des sondés, ce sont les personnes issues de la catégorie aisée qui votent majoritairement pour LREM-MD (39%) contre 11% (-1) pour la catégorie modeste, ou encore 13% (-2) pour la catégorie pauvre. 

Aussi, 43% des personnes interrogées déclarent ne pas être Gilets Jaunes et ne pas les soutenir.

67 % des sondés se disent "certains" de leur choix 

On note par ailleurs une participation toujours aussi basse  (59,5%). Pour rappel, lors des européennes de 2014, elle s'était élevée à 56%. 

67% des sondés se disent "certains" de leur choix et 85% des personnes  interrogées se disent "sûres" de voter pour le Rassemblement National. 

La France insoumise passe devant L'Europe Ecologie-Les Verts

Les résultats du sondage de ce jeudi 21 mars sont favorables à la liste France Insoumise, tirée par Manon Aubry, qui avec un résultat de 8% (+0,5) se place désormais devant la liste Europe Ecologie-Les Verts (7,5%) portée par Yannick Jadot. 

 

Pour consulter la méthodologie complète de l'enquête, cliquez ici

 

La méthodologie du sondage

Sondage IFOP réalisé par internet tous les jours depuis le 8 mars 2019 auprès d’un échantillon quotidien de 500 personnes (40.000 personnes sur la période totale du sondage) représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. 

La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas au regard de critères : ―sociodémographiques : sexe, âge de l’individu; ―socioprofessionnels : profession de l’individu ; ―géographiques : région administrative, taille d’unité urbaine ; Ces quotas ont été définis à partir des données de l’Insee pour la population âgée de 18 ans et plus résidant en métropole (Insee RP 2015). 

Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 18  au 21  mars 2019.

Concernant les marges d'erreur

La théorie statistique permet de mesurer l’incertitude à attacher à chaque résultat d’une enquête. Cette incertitude s’exprime par un intervalle de confiance situé de part et d’autre de la valeur observée et dans lequel la vraie valeur a une probabilité déterminée de se trouver. Cette incertitude, communément appelée «marge d’erreur», varie en fonction de la taille de l’échantillon et du pourcentage observé.

L'Ifop précise bien que «les résultats de cette enquête doivent être interprétés comme une indication significative de l’état des rapports de force actuels» mais qu'ils ne constituent en aucun cas un «élément prédictif des résultats le jour du vote».