Corse : "On ne négocie pas un pistolet sur la tempe !" dénonce Bruno Retailleau

Bruno Retailleau, sénateur de Vendée, président du groupe LR au Sénat et conseiller de Valérie Pécresse, était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio. Interrogé sur l'autonomie de la Corse : "On ne négocie pas un pistolet sur la tempe !", a-t-il dénoncé.

Corse
Bruno Retailleau, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 16 mars, dans "le petit déjeuner politique".

Autonomie de la Corse proposée par Gérald Darmanin, campagne de Valérie Pécresse, guerre en Ukraine : Bruno Retailleau a répondu aux questions de Patrick Roger.

Bruno Retailleau - Corse : "J'espère que Macron ne va pas sacrifier l'unité nationale sur l'autel de ses petits intérêts électoraux !"

Gérald Darmanin se rend mercredi 16 mars en Corse, où de fortes tensions ont eu lieu lors des manifestations après l'agression d'Yvan Colonna. Il a évoqué la possibilité de l'autonomie de l'île pour éteindre l'incendie aujourd'hui. Ce que dénonce fermement Bruno Retailleau : "On ne négocie pas le pistolet sur la tempe ! On ne peut pas proposer l'autonomie alors qu'il y a des émeutes". Si le sénateur reconnaît "une faute de l'État grave avec cette tentative d'assassinat", "c'est un chantage qu'on accepte et proposer cette autonomie en pleine violence, c'est légitimer la violence". Pour lui, "ce gouvernement, et surtout ce président de la République, a un vrai problème avec l'autorité. On cède à la violence !" "J'espère qu'Emmanuel Macron ne va pas sacrifier l'unité nationale sur l'autel de ses petits intérêts électoraux particuliers !"

"Des dizaines de policiers ont été blessés, aspergés d'essence, on a voulu les brûler, rappelle Bruno Retailleau. Ce n'est pas tolérable ! Il n'est pas possible qu'un ministre de l'Intérieur, garant de l'ordre public, se rende en annonçant au préalable l'autonomie de la Corse". Sur le fond, "la Corse est déjà largement autonome, estime le sénateur. Elle a un statut particulier par rapport autres collectivités territoriales. On peut aménager, je suis pour la différenciation des territoires. Mais il faut faire très attention, alerte-t-il. Pour les nationalistes, l'autonomie est une étape vers l'indépendance qu'ils veulent, mais ils veulent aussi l'argent des Français sans avoir à rendre de comptes".

 

"Emmanuel Macron méprise le code électoral, il tourne ses clips de propagande électorale depuis l'Élysée !"

À 26 jours de la présidentielle, Valérie Pecresse, candidate LR, se retrouve 5e dans les sondages et semble patiner dans les intentions de vote. Pour Bruno Retailleau, "ce n'est pas la campagne de Valérie Pécresse qui patine, c'est la campagne tout court, qui est empêchée !, affirme Bruno Retailleau. Emmanuel Macron refuse les débats déplore le sénateur. Il promet, s'il est élu, un grand débat permanent. Mais les débats en démocratie, c'est avant l'élection ! Il les refuse, sauf dans des salles où les participants sont soigneusement choisis et les questions écrites à l'avance !" "Quel mépris pour les Français, quelle arrogance, il se croit déjà élu..."

Pour Bruno Retailleau, "Emmanuel Macron méprise le code électoral car il tourne ses clips de propagande électorale depuis l'Élysée ! Il utilise ses comptes twitter de la présidence, ajoute-t-il. Et il a distribué 40 milliards d'euros depuis septembre à tout va. Il a le droit d'être candidat, mais pas aux frais de l'État ! C'est l'élection présidentielle qui aura coûté le plus cher aux Français... Quelle que soit l'élection, un candidat ne doit pas utiliser les moyens publics pour faire campagne, c'est interdit. Lui le fait et finalement personne ne dit rien". "Une élection sans débat est un élu qui sera sans mandat et un quinquennat qui sera considérablement affaibli".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"