Conflit d'intérêts : Alexis Kohler visé par une plainte complémentaire d'Anticor

Alexis Kohler
Alexis Kohler ludovic MARIN / AFP

Alexis Kohler, le numéro 2 de l'Élysée et bras droit d'Emmanuel Macron, est dans le viseur de l'association anti-corruption Anticor pour conflit d'intérêts. L'association a porté plainte. 

C’est une nouvelle affaire qui ébranle le palais présidentiel. Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Élysée, le n°2 d’Emmanuel Macron, est visé par une plainte complémentaire de l’association de lutte anti-corruption Anticor pour "prise illégale d’intérêts".

Pour rappel, cette plainte vise des faits remontant à 2010. À l’époque, Alexis Kohler, est membre du conseil de surveillance du port du Havre, une grande infrastructure publique. En tant que membre, il peut prendre part aux discussions, a un droit de vote sur les projets, peut décider avec les autres membres des orientations stratégiques de l’établissement, …. De ce fait, celui qui s’apprête à devenir secrétaire général de l’Élysée, a approuvé des contrats entre l’armateur MSC et le port du Havre. Rien d’anormal jusque-là, si ce n’est que l’entreprise MSC est en réalité, fondée et dirigée par des cousins de sa mère. Un fait qu’Alexis Kohler n’a jamais mentionné alors qu’il aurait dû.

Révélée par Médiapart, cette affaire montre que "Alexis Kohler a été amener à avantager sa famille alors qu’il était en situation de contrôle d’une infrastructure publique, contrôlé par l’État", explique Jean-Baptiste Soufron, avocat de l’association Anticor. Accusé de conflits d’intérêts, Kohler a nié les faits, expliquant qu’il s’était toujours déporté (c’est-à-dire qu’il n’avait pas pris aux votes ni aux discussions lorsque MSC était abordé). Pourtant, "les révélations de Médiapart montrent via les procès-verbaux du rapport de surveillance, qu’Alexis Kohler prend position en faveur de MSC et prend également part aux votes" explique l’avocat.

Et Édouard Philippe dans tout ça ? Maire du Havre à l’époque, Médiapart a révélé qu’il était également présent à des conseils, mais s’abstenait de voter quand il était en position de conflits d’intérêts, contrairement à Kohler.

Pour l’association Anticor, il n’y avait pas d’autre choix que de porter plainte : "Monsieur Kohler prend part aux débats et influence le vote. Il y a clairement un conflit d’intérêt donc nous nous devons d’aller en justice". Anticor se pose également la question de savoir si Emmanuel Macron était au courant du conflit d’intérêts d’un de ses bras droits et espère obtenir des réponses via cette plainte.

Une enquête du parquet national financier avait déjà été ouverte suite aux premières révélations de Médiapart qui montrait que Kohler était représentant de l'État au conseil d'administration de STX France (chantiers navals de Saint-Nazaire), dont MSC était le principal client. Anticor avait alors porté plainte fin pour "prise illégale d'intérêt", "trafic d'influence" et "corruption passive".

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Michel Ange
- Vendredi 10 août 2018 à 09:09
Ce type a vraiment la tête du premier de la classe, il a sans nul doute effectué beaucoup d'études d'un niveau élevé. Ce n'est certes pas mon cas, mais sur le plan honnêteté et probité je lui damne le pion.
Le peuple du bas dont je fais parti, a bien raison de dire TOUS POURRIS, mots qui déplaisent à nos politicards et certains journaleux, complices du système.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio