Claude Goasguen pour une alliance LREM-LR pour les municipales à Paris

Claude Goasguen était l’invité politique de Patrick Roger le 31 mai sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Après la déroute aux élections européennes côté Les Républicains, Claude Goasguen était l'invité du petit déjeuner politique sur Sud Radio. Le député de Paris, ancien maire du 16e arrondissement, plaide pour une alliance entre La République En Marche et son parti Les Républicains.

Anti-Hidalgo plus que pro-Macron

Beaucoup d'esprits sont déjà tournés vers les municipales, et bien des appétits s'aiguisent à Paris, pour succéder à Anne Hidalgo l'année prochaine. "Nous sommes prêts à faire alliance avec LREM pour battre Anne Hidalgo" : Claude Goasguen, député LR de Paris n’y va pas par quatre chemins. "Je suis le représentant d’une droite libérale : pour moi, Macron n’est pas Hollande, explique-t-il. Si l’on peut avoir un candidat unique à Paris pour battre Anne Hidalgo, ça serait l'idéal. J'essaye de toutes mes forces, depuis de longs mois, de demander à ce que les gens se réunissent pour battre Anne Hidalgo, qui va devenir un problème majeur. J'essaie que le Premier ministre, que j'ai vu plusieurs fois, pourra être sollicité, ou des gens comme Borloo. Il faut quelqu'un qui soit susceptible de rassembler. Nous ne sommes par plus macronistes que ça : on est surtout anti-Hidalgo, c’est clair !"

Que pense-t-il de l’explosion à Lyon causée par un jeune Algérien en situation irrégulière ? "Tout le problème de l’immigration et des clandestins n’a pas été évoqué dans la campagne, juge Claude Goasguen. C‘est plus sympathique de discuter du climat. Cela étant, le problème est majeur. Je suis consterné de voir que le sujet n’est pas pris au sérieux par le gouvernement. Cela nous rattrapera. À force de dire que l’on fait comme le RN, on ne parle plus. On s’est fait bouffer, on nous dit qu’on copie le RN. Il va falloir reprendre les choses et ne pas se laisser intoxiquer par le qu’en dira-t-on".

Castaner aurait dû démissionner

Suite au mouvement des Gilets Jaunes, et à sa répression, 360 plaintes visent les forces de l’ordre, 248 enquêtes sont en cours, des policiers seront sans doute renvoyés en correctionnelle. "Castaner a été depuis le début un ministre de l’Intérieur minable, entre échec stratégique, déclarations incroyables, rejet de ses responsabilités sur le préfet de police… Il a été au dessous de tout. Je pense qu’il aurait dû démissionner dès le départ. En revanche, les policiers qui ont été au-delà de leur devoir doivent être sanctionnés et c’est normal. On saura la vérité. Il y a incontestablement des policiers qui ont perdu leurs nerfs. Je pense qu’ils seront jugés avec sévérité, mais l’épuisement peut expliquer des attitudes condamnables".

Le mouvement des Gilets Jaunes est-il fini ? "Ce n’est pas leur job d’aller aux élections, juge le député LR de Paris. Ils vont continuer. Des gens n’ont pas eu satisfaction. Électricité, carburant, taxes indirectes, plans sociaux… Le mécontentement est là. Sinon, le président de la République aurait fait 40%. Le RN, c’est aussi la contestation basique, avec des gens de gauche et de droite en difficulté".

 

Cliquez ici pour écouter “L’invité politique”  avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio