Avec un groupe parlementaire, la France insoumise face au dilemme de l'union

Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent ©GEOFFROY VAN DER HASSELT - AFP
Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent ©GEOFFROY VAN DER HASSELT - AFP

La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon a obtenu suffisamment de députés pour former un groupe parlementaire. Avec un PS sonné et des écologistes quasi-absents, ces députés entendent devenir la principale opposition de gauche au gouvernement d'Édouard Philippe à l'Assemblée nationale.

Avec au moins 15 députés élus, la France Insoumise est loin de la vague qu'elle espérait après l'élection présidentielle, alors que Jean-Luc Mélenchon avait tutoyé la qualification pour le second tour. Mais elle réalise un meilleur score que ne laissait entrevoir le premier tour de ces législatives et, surtout, suffisant pour constituer un groupe parlementaire et véritablement faire entendre sa voix à l'Assemblée nationale.

Fort de ce succès, le mouvement dirigé par Jean-Luc Mélenchon entend s'affirmer comme la véritable opposition de gauche à la politique d'Emmanuel Macron, surtout compte tenu de la situation du Parti socialiste, encore sonné par des revers historiques tant à la présidentielle qu'à ces élections législatives.

Pour cela, la France Insoumise devra déjà trancher le dilemme de l'union, ou non, avec les députés communistes, qui seront au nombre de onze dans le nouvel hémicycle. Ensemble, ces députés pèseraient encore plus, mais le rassemblement ne va pas de soi. Les relations entre Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, sont notoirement difficiles et, parmi les communistes élus, figure notamment André Chassaigne, dont l'inimitié avec Jean-Luc Mélenchon est notoire.

Marie-George Buffet, réélue elle aussi et plus proche du leader de la France Insoumise, parviendra-t-elle à apaiser les tensions ?

S'ils ont investi et soutenu certains candidats communs, rien ne dit en effet que LFI et PCF formeront un même groupe tant les rancœurs sont tenaces entre les deux formations. Si elles s'accordent sur la plupart des sujets et ont défendu la candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, elles n'ont pas réussi à s'entendre sur des alliances aux législatives qui auraient pu, a priori, drainer davantage de sièges.

Jean-Luc Mélenchon, dans sa prise de parole dimanche soir, a évoqué la constitution d'un "groupe France Insoumise cohérent, discipliné, offensif". Il a également assuré que "tous ceux qui voudront le rejoindre" seraient "les bienvenus dans un combat où on cherchera toujours à rallier le maximum de ceux qui veulent entrer dans la lutte".

"Les députés communistes travailleront dès cette semaine à constituer ce groupe et agiront sans attendre en faveur des propositions alternatives qu'ils ont élaborées durant leurs campagnes", a indiqué de son côté le PCF, sans un mot pour La France Insoumise ni Jean-Luc Mélenchon.

Vos réponses pour cet article
Vous devez être connecté pour réagir
Les rubriques Sudradio