Aurélien Taché : "il faut rouvrir les universités immédiatement"

Aurélien Taché, Député du Val d'Oise et co-président des Nouveaux Démocrates, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 19 janvier 2021 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Aurélien Taché interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 19 janvier 2021 à 7h40.

Aurélien Taché : "Je pense qu’on a mis beaucoup trop de temps à démarrer cette vaccination"

Jean Castex, Premier ministre, a déclaré que la vaccination a vraiment démarré en France, avec l’élargissement de cette dernière pour tous les plus de 75 ans et les plus fragiles. "Je suis vraiment inquiet", déclare Aurélien Taché, député du Val d’Oise. Il explique qu’à Cergy, dans sa circonscription, "je n’ai eu de cesse d’avoir des gens qui me contactent pour me dire qu’ils n’arrivaient pas à prendre de rendez-vous, que le site ne fonctionnait pas, que les centres de vaccination avaient l’air déjà saturés".

"Je pense qu’on a mis beaucoup trop de temps à démarrer cette vaccination." Le retard est lié, selon le député, au fait que "le gouvernement n’a pas voulu faire confiance, comme à son habitude, au terrain : aux médecins généralistes, aux élus locaux, à ceux qui se proposaient". "On voit bien que ça cafouille", estime Aurélien Taché en parlant du déploiement de la stratégie vaccinale.

 

"Le gouvernement ne fait pas confiance à la société, il ne fait confiance qu’aux entreprises"

Certains estiment que la France n’aurait pas assez de doses. Ce n’est pas l’avis du co-président des Nouveaux Démocrates : la France "a quand même un stock de doses qui est très important et qui pour l’instant a du mal à être acheminé et qu'on aurait pu déployer plus vite", explique le député. Si le gouvernement a des inquiétudes pour l’approvisionnement, notamment après l’annonce de retards dans les livraisons de la part de Pfizer, "il faut le dire maintenant", demande Aurélien Taché. "Il ne faut pas cacher la vérité aux Français, il ne faut pas faire comme sur les masques ou sur d’autres sujets."

"Les Français sont des gens intelligents qui sont capables de comprendre", juge le député. Pour lui, "le gouvernement ne fait pas confiance à la société, il ne fait confiance qu’aux entreprises". Il juge que pour celles-ci il y a des cadeaux, des réductions d’impôts "et jamais de contrôles, et pour les autres c’est des attestations, c’est des contrôles et c’est l’absence de confiance. Et c’est ça qu’il finira par payer".

Aurélien Taché fait partie des dissidents de LREM, ayant été au sein de la majorité avant de la quitter pour fonder son propre groupe. "Il y a beaucoup de choses qui n’étaient pas forcément dès le début dans le logiciel de cette majorité, ce que je peux regretter, sur la solidarité, sur d’autres questions ; mais par contre il y avait une promesse intéressante qui était d’écouter la société et de lui faire confiance." Or, selon le député de l’Oise, "ça n’a pas du tout été fait". "Il y a finalement un pouvoir qui sort des mêmes écoles, qui ne fait confiance qu’aux très grandes entreprises, aux bureaucraties."

 

"Ce pouvoir n’a eu de cesse, finalement, d’opposer les jeunes et les plus vieux"

Les jeunes, et tout particulièrement les étudiants, font partie des plus touchés économiquement et psychologiquement par la crise sanitaire, sans compter la fermeture des universités. Ces dernières devraient rouvrir en demi-groupes pour les premières années, tandis que quelques mesures ont été annoncées en soutien aux étudiants. "Je suis très content d’être dans un pays où on ne laisse pas mourir les personnes âgées", souligne Aurélien Taché qui comprend et soutient le choix de la vaccination prioritaire aux personnes fragiles. "Mais, maintenant, ne les opposons pas aux jeunes. Ce pouvoir n’a eu de cesse, finalement, d’opposer les jeunes et les plus vieux".

Alors qu’au début du quinquennat, selon le député de l’Oise, on disait aux personnes âgées qu’elles "devaient donner des points de retraite" pour soutenir les plus jeunes, désormais ce sont les jeunes, pris "en otage" à qui "on dit il faut que vous restiez chez vous pour pas que les personnes âgées soient finalement mises en difficulté". 

 

"C’est incompréhensible qu’on ne laisse pas les jeunes retourner en cours"

Selon Aurélien Taché, le gouvernement a dans l’idée que "la jeunesse, pour se former, elle doit en baver". "Si c’était vrai, ceux qui nous dirigent aujourd’hui ne doivent pas être très bien formés, parce que je ne suis pas sûr qu’ils en aient beaucoup bavé."

Pour Aurélien Taché, "ce n’est pas vrai : ce qui forme la jeunesse, c’est les voyages." Or, aujourd’hui, ils ne peuvent plus voyager.
"Je pense qu’il faut rouvrir les universités immédiatement, avec des jauges de 50% : c’est incompréhensible qu’on ne laisse pas les jeunes retourner en cours."

Concernant le chèque "santé mentale", le député rappelle que les universités manquent de psychologues "il y en a un pour 40.000" étudiants. "Un chèque, c’est bien, mais ces jeunes ont besoin d’un accompagnement ; c’est 30% des étudiants qui sont en détresse psy."

 

Projet de loi contre les séparatismes : "On n'aborde pas le sujet comme il faut"

Alors que les débats sur le projet de loi contre les séparatismes ont démarré, une charte des imams a été obtenue à l'arraché. Pour Aurélien Taché, "on n'aborde pas le sujet comme il faut. Il faudrait que le gouvernement s'attache à légiférer pour plus d'intégration, plus d'unité et qu'après il soit capable d'encadrer vraiment les formes d'engagement violent. Le séparatisme est une bataille qui doit se mener sur le terrain estime le député, ce n'est pas une loi qui pourra faire grand chose. Cette loi aujourd'hui met tout le monde sous contrôle : les cultes, les associations déplore-t-il. En demandant aux associations de signer une charte qui finalement est plus que le respect de la loi, le gouvernement pourra fliquer les associations dont les opinions politiques ne lui paraissent pas tout à fait acceptables. Je ne pense pas que ce soit la bonne manière d'aborder ces sujets-là" insiste-t-il.

"Et pourtant, il y a plein de choses que l'on pourrait faire assure Aurélien Taché. J'avais proposé par exemple qu'on augmente les cours de français pour les parents qui ne parlent pas bien le français. On pourrait aussi obliger la mixité scolaire dans les établissements scolaires pour éviter le séparatisme. Et sur les formes d'engagement violent, tout un tas de choses peuvent être faites et ne figurent pas dans la loi".

300 amendements ont été rejetés, dont celui porté par Aurore Bergé sur l'interdiction du port du voile aux petites filles. Aurélien Taché était lui aussi contre cet amendement. "Il y a des choses qui peuvent se régler par la loi et d'autres sur lesquelles il faut mener un combat culturel explique-t-il. Si on considère que c'est très dommageable que des enfants très jeunes soient déjà dans un niveau de religion avancé, il faut pouvoir le dire sur le terrain et ce gouvernement fait tout le contraire !"

 


Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !