Aurélien Pradié: "Benalla est un petit voyou qui est protégé"

Le député LR du Lot s'en dit désormais certain, après les nouvelles révélations sur Alexandre Benalla: l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron est protégé en haut-lieu. Reste à savoir pourquoi, demande Aurélien Pradié, invité du "Petit déjeuner politique". Il met en avant la déconnexion de la majorité, dont les 80 km/h sont un symptôme selon lui. Et entend travailler sur le terrain des idées pour reconquérir des électeurs encore rétifs à l'égard des Républicains... en commençant par la thématique du handicap.

"Qu'est-ce qu'il représente pour le chef de l'Etat?"

Benalla est un petit voyou, qui est protégé. Je pouvais avoir un doute jusque là, mais aujourd'hui j'en suis certain.

Pour Aurélien Pradié, c'est sûr, alors qu'on apprenait hier qu'Alexandre Benalla a utilisé une vingtaine de fois ses passeports diplomatiques après son licenciement: l'ex-collaborateur du président est protégé en haut lieu selon le député Les Républicains du Lot.

Il a manifestement une valeur. Qu'est-ce qu'il représente pour le chef de l'Etat, pour l'appareil Elysée? Le nouveau monde est pire que l'ancien. Trois passeports diplomatiques, un téléphone crypté. Bien-sûr qu'Emmanuel Macron devrait répondre. Dans quel autre pays européens un chef de l'Etat peut rester silencieux sur des sujets comme celui-là. C'est la sécurité de l'Etat qui est en jeu. Si Benalla ou si des membres du cabinet ont parjuré, ils doivent être condamnés.

De nouvelles révélations qui interviennent devant la commission d'enquête sénatoriale, présidée par un élu Les Républicains. Ce qui montre la différence avec la commission d'enquête de l'Assemblée nationale, qui "est aux ordres, au doigt et à l'œil du président de la République" selon Aurélien Pradié.

"Macron peut faire des yeux de cocker, il ne me séduira pas"

Jeune parlementaire du Lot, auparavant maire de Labastide-Murat, il met en avant son profil d'élu local, soulignant la responsabilité du chef de l'Etat et sa majorité dans leurs difficultés face aux gilets jaunes:

Les 80km/h, c'est symptomatique de la technocratie. Emmanuel Macron a tout fait pour faire exploser les intermédiaires: les maires, méprisés et négligés. Les parlementaires, qu'il a pris pour des objets, des instruments de vote... Du coup il se retrouve directement face au peuple. Je dis aux Françaises et aux Français: vous avez cru bon de mettre au parlement des gens qui n'ont jamais été élu avant. Moi je vous dis qu'étant maire avant d'être député, j'ai tout appris sur le terrain.

L'occasion de dénoncer le jusqu'au-boutisme de la loi sur le non-cumul des mandats: "En dessous d'un certain seuil d'habitants, on doit pouvoir faire les deux. Un maire de petite commune peut aussi être député, contrairement au maire de Toulouse. Il faut aussi que les parlementaires jouent leur rôle: combien de députés ont refusé de tenir des permanences ces derniers mois?"

Aurélien Pradié, qui a adressé une lettre ouverte au chef de l'Etat. "Bien sûr, je serai à Souillac pour le grand débat. Mais je n'attends rien du président. Il ne me séduira pas. Il pourra faire les yeux de cocker qu'il voudra, il ne me séduira pas"

Lui entend mettre en avant la question des services publics en milieu rural. "Je souhaite qu'on parle des services publics, et du poids des délibérations des conseils municipaux. Lorsqu'une commune s'oppose à la fermeture d'une école, et que, dans les heures qui viennent, la Préfecture leur confirme pourtant la fermeture en question".

Les Républicains? "Il faut qu'on en bave avant de convaincre de nouveau

Les Républicains, dont les leaders sont loin de faire la course en tête dans les sondages d'opinion? Patience, répond Aurélien Pradié. "On vient d'une élection présidentielle avec un François Fillon qui a éclaté en vol. Il faut travailler sur les idées. Moi je travaille sur le handicap, c'est un pèlerinage auquel je tiens. Est-on capable de re-convaincre les Français? Pas encore. On les a beaucoup déçu, il faut qu'on en bave avant de les convaincre de nouveau".

Laurent Wauquiez, indaudible dans l'opinion? "Bien sûr, on l'entend moins que les excités Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen".

Le philosophe et élu de Versailles François-Xavier Bellamy pourrait être une bonne tête de liste LR pour les élections européennes, d'après Aurélien Pradié "Il peut être un bon candidat. Je ne le connais pas beaucoup, mais c'est pas plus mal: parfois, on connait bien les gens et on les déteste. C'est pas plus mal d'avoir quelqu'un qu'on connait peu".

Les rubriques Sudradio