Asselineau : "Pour Macron, les Français sont des veaux qu'il faut mener à l'abattoir"

François Asselineau, président de l'UPR et ancien candidat à l'élection présidentielle

Le président de l'UPR et ancien candidat à l'élection présidentielle, François Asselineau, était l'invité de Seul contre Tous dans le Grand Matin Sud Radio.

Invité de Prenez la parole, dans le Grand Matin Sud Radio, au micro de Patrick Roger et Philippe David, François Asselineau a réagi au discours sur l'Europe prononcé par Emmanuel Macron, mardi, depuis la Sorbonne.

Une série de "vœux pieux", selon lui. "Ça doit être la 753e fois qu'on refonde l'Europe depuis 50 ans. Les journaux vont parler de ça aujourd'hui. Et demain, on emballera les œufs avec ces journaux. Tout le monde s'en fiche en fait."

On a l'impression qu'Emmanuel Macron prend la présidence de la République pour un divan de psychanalyste

Surtout, pour François Asselineau, les annonces d'Emmanuel Macron sont "totalement inapplicables" : "Il a parlé d'une police aux frontières. Mais vous avez vu ce qui s'est passé. Les Hongrois n'ont pas du tout la même vision que les Allemands. Il parle aussi d'avoir des services de renseignements communs. Allez dire aux Polonais qu'il faut qu'ils partagent leurs services de renseignements avec les Allemands. Il ne faut vraiment rien connaître à ce qu'est l'Europe ! Il lance des trucs totalement inapplicables, on a l'impression qu'il prend la présidence de la République pour un divan de psychanalyste."

 

 

"Emmanuel Macron me fait penser aux dessins animés de Tex Avery, où un canard est poursuivi par un chien, a indiqué François Asselineau. Il arrive au bord d'une falaise, il continue à courir, fait 5,6 pas et, quand il se rend compte qu'il n'a plus rien en-dessous de lui, il tombe. Emmanuel Macron a fait son truc à la Sorbonne hier, il avait préparé ça dans le cas où Mme Merkel aurait été réélue triomphalement et il n'a pas changé de discours. Ce truc est complètement hors-sol. Je vous le dis, dans une semaine, personne n'en parlera plus."

Emmanuel Macron n'a pas le droit de faire ça sans demander l'avis des Français

"Monsieur Macron n'a jamais été élu pour proposer ce qu'il vient de proposer, c'est-à-dire qu'il y ait des militaires étrangers dans l'armée française, qu'on fasse une armée européenne, qu'on partage les services de renseignement, qu'on fasse des listes transnationales, a ajouté François Asselineau, qui évoque un déficit de légitimité du président de la République. Emmanuel Macron prend ses rêves pour des réalités. Il n'a pas le droit de faire ça sans demander l'avis des Français. Georges Pompidou avait fait un référendum pour demander aux Français s'ils étaient d'accord pour que le Royaume-Uni entre dans le marché commun. Là, ça va beaucoup plus loin. Il faut que Monsieur Macron demande aux Français s'ils lui donnent mandat pour faire ce genre de choses. Il faudrait un référendum pour ou contre le maintien de la France dans l'UE. Le reste n'est que littérature."

Selon le président de l'UPR, candidat battu à l'élection présidentielle, rassemblant seulement 0,92 % des suffrages exprimés, Emmanuel Macron affiche une sorte de mépris envers le peuple : "J'estime qu'il a été propulsé par les médias. D'ailleurs, on voit bien que, psychologiquement, il n'a pas l'impression que les Français sont ses patrons. Quand il va à l'étranger, il passe son temps à insulter les Français. Dans sa tête, les Français sont un troupeau de veaux qu'il faut mener à l'abattoir !"

Écoutez l'émission Seul contre Tous, dans le Grand Matin Sud Radio, avec François Asselineau, au micro de Patrick Roger et Philippe David

 

Les rubriques Sudradio