Affaire Bygmalion : trois ex-cadres de l’UMP mis en examen

Les trois anciens cadres de l’UMP interpellés jeudi ont été mis en examen ce samedi pour faux et usage de faux et abus de confiance. Selon une estimation, 18,5 millions d’euros auraient été détournés des comptes de campagne.

Thumbnail

C'était prévisible. Présentés ce samedi matin aux juges d'instruction du pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, les trois anciens cadres de l'UMP interpellés jeudi dernier ont été mis en examen pour faux et usage de faux et abus de confiance, dans le dossier Bygmalion. L'enquête porte sur un présumé système de fausses factures lors de la campagne présidentielle de 2012 de Nicolas Sarkozy.Eric Cesari, surnommé "l'œil de Sarkozy", Fabienne Liadze, ex-directrice des affaires financières du parti et Pierre Chassat, l'ancien directeur de la communication de Nicolas Sarkozy, sont tous les trois soupçonnés d'avoir des liens avec l'affaire des fausses factures réalisées pendant la campagne présidentielle de 2012 de Nicolas Sarkozy pour le compte de la société événementielle Bygmalion.Mercredi 1er octobre, les deux cofondateurs de la société Bygmalion, Guy Alvès et Bastien Millot, ont déjà été mis en examen pour "complicité de faux et usage de faux". Un troisième homme, l'ancien patron de la filiale événementielle de la société, Franck Attal, est poursuivi pour "faux et usage de faux". Ils sont placés sous contrôle judiciaire et n'ont pas le droit de rencontrer l'ancien patron de l'UMP, Jean-François Copé, dont ils étaient très proches, ni Nicolas Sarkozy.Près de 18,5 millions d'euros auraient été détournés des comptes de campagne.