Dr Reichman : "Se désengager de la Sécu, c'est être mieux assuré et gagner plus d'argent"

Dr Claude Reichman : "Se désengager de la sécu, c'est être mieux assuré et gagner plus d'argent"

Le Docteur Claude Reichman, chirurgien-dentiste et président fondateur du MLPS (Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale), était ce mercredi l'invité de Philippe Verdier dans le Grand Matin Sud Radio.

Comme chacun le sait, la sécurité sociale est une obligation en France et pourtant chacun est libre de s'en désengager, de s'en libérer et de choisir son mode de couverture. C'est en tout cas ce qu'affirme le Docteur Claude Reichman, président fondateur du MLPS (Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale).

"Un bénéfice de l'ordre de 30 à 40%, par rapport au revenu précédent"

Invité ce mercredi de Philippe Verdier dans le Grand Matin Sud Radio, ce chirurgien-dentiste affirme en effet que le régime de protection obligatoire n'est pas la seule alternative dans le pays. "On peut se libérer de la sécurité sociale parce que l'Europe en a décidé ainsi depuis 1992 et que cette décision était logique puisqu'à partir du moment où vous faites de l'Europe un espace sans frontières, il est normal qu'il n'y ait plus de monopole", indique-t-il ainsi, rappelant au passage que "personne n'a été surpris quand on a supprimé le monopole de la SNCF". "La sécurité sociale est exactement dans la même situation, c'est une assurance", poursuit-il, citant ainsi l'exemple d'un ressortissant allemand jouissant de sa propre assurance et qui ne pourrait pas s'installer sur le territoire français si d'aventure on lui imposait le monopole du régime local obligatoire. Une impossibilité due au fait qu'il "devrait payer deux fois".

Comment peut-on concrètement se désengager de la sécurité sociale française afin de s'affilier à un autre organisme d'assurance ? "Les démarches sont d'une simplicité biblique : vous écrivez à la sécu pour leur dire que vous vous désengagez, en ayant préalablement contracté une assurance auprès d'une société, d'une mutuelle française ou européenne", répond-t-il, ajoutant "qu'à partir de ce moment-là, vous faites un bénéfice de l'ordre de 30 à 40%, par rapport à ce que vous gagniez précédemment". "Vous êtes mieux assuré et, en plus, vous gagnez beaucoup plus d'argent. On résout, d'un seul coup, le problème français qui est le manque de moyens", insiste-t-il encore, rappelant qu'il y a "9 millions de pauvres" dans le pays. Dit comme ça, le tableau semble donc idyllique ! Pourtant, lorsque l'on consulte le site officiel de la Sécu, il est bien mentionné que cette dernière est obligatoire et que celui ou celle qui s'en désengage risque une peine 3 ans de prison ainsi qu'une amende de 45 000 euros. Selon le Dr Reichman, s'il s'agit bien d'un délit au yeux de la loi, il n'en est rien dans les faits. "C'est à la fois vrai sur le papier mais totalement faux puisque ce simple énoncé doit être écarté immédiatement par les tribunaux en vertu de la primauté du droit communautaire (européen)", rétorque-il ainsi, arguant du fait que "l'Europe dit que l'on peut s'assurer librement pour la maladie, la retraite et le chômage" et qu'"à partir de ce moment là, vous êtes dans une situation parfaitement légale".

"Même si la sécurité sociale pratique le mensonge d'État pour essayer de dissuader les gens de quitter le système, il n'empêche qu'elle est totalement désavouée à tout moment par les lois européennes et par conséquent, son mensonge s'effondre", conclu-t-il, affirmant que "500 000 Français" ont déjà franchi le pas.

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview de , invité du Grand Matin Sud Radio

 

Les rubriques Sudradio