Une trentaine de réfugiés somaliens tués par des tirs, au large du Yémen

Une trentaine de réfugiés somaliens tués lors d'une attaque au large du Yémen
Des soldats des forces pro-gouvernementales yéménites patrouillent dans le port de Mokha, ville située sur la côte Est de la mer Rouge © SALEH AL-OBEIDI / AFP

Des réfugiés somaliens ont été abattus en mer après une attaque menée par des groupes inconnus.

Alors qu'ils se trouvaient à bord d'une embarcation qui naviguait en mer Rouge au large du Yémen, plus de trente réfugiés somaliens, dont des femmes et des enfants, ont été tués ce vendredi lors d'une attaque dont on ignore encore les circonstances.     

Selon l'AFP, le bateau visé serait rentré dans la ville portuaire de Hodeida (Al Hudaydah), contrôlée par les rebelles chiites Houthis, qui se sont empressés d'imputer la responsabilité du drame à leurs ennemis de la coalition arabe, menée par l'Arabie saoudite.

Difficile de savoir si cette affirmation est exacte tant la situation sur place reste tendue en raison des combats et de l'accès difficile aux zones d'influence contrôlées par les belligérants qui se livrent une guerre civile d'une rare violence, depuis maintenant deux ans. En raison de ce conflit, le Yémen est devenu une véritable zone de non-droit où règne la violence, plongeant jour après jour le pays dans l'abyme.

Les dépouilles de 33 réfugiés tués ont été transportées dans des hôpitaux locaux et 35 personnes blessées ont également été admises, a affirmé un responsable des services de santé. Ce dernier a indiqué à l'AFP, sous le couvert de l'anonymat, que l'embarcation avait pu accoster à Hodeida et que les réfugiés avaient subi des tirs d'armes légères. Hypothèse qui tendrait à exclure la thèse d'une attaque aérienne, bien que l'agence de presse Saba - contrôlée par les rebelles - a depuis affirmé que les victimes avaient été attaquées par l'aviation de la coalition. Toujours selon ce responsable, les survivants, parmi lesquels se trouvent trois trafiquants yéménites, ont été directement conduits à l'établissement pénitentiaire de la ville.

Aucun élément ne permet de savoir pour le moment si ces personnes étaient en train de s'enfuir du Yémen ou au contraire d'y trouver refuge. Malgré la guerre et la situation humanitaire désastreuse, le pays accueille encore bon nombre de ces réfugiés qui fuient la misère de la Corne de l'Afrique. Plusieurs camps somaliens existent d'ailleurs dans le sud.

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio