Ukraine : "On ne peut pas arrêter la guerre en bombardant d’autres villes, en tuant des gens"

Les premières négociations entre la Russie et l'Ukraine ont échoué, mais le dialogue n'est pas totalement interrompu et semble, pour les Ukrainiens en France, la seule solution pour arrêter la guerre.

ukraine guerre russie
La guerre en Ukraine continue. En France, les Ukrainiens sont partagés entre l’espoir d’un dialogue avec Poutine et la prise de conscience des mensonges de ce dernier. (Photo by RODRIGO ARANGUA / AFP)

En Ukraine, les combats continuent. La première tentative de négociations entre le gouvernement ukrainien et la Russie, le 28 février 2022, n’a rien donné, les deux délégations ayant des demandes diamétralement opposées. Reportage de Théo Renaudon.

D’un côté, le gouvernement de Volodymyr Zelensky demande le retrait pur et simple des troupes russes du territoire ukrainien ; de l’autre côté, la Russie réclame le départ du gouvernement Zelensky et la reconnaissance internationale de la Crimée, annexée par la Russie en 2014, comme région russe.

 

 

Vladimir Poutine "ne fait pas ce qu’il dit. Il dit la paix, il ne fait pas la paix"

Dans une église ukrainienne en France, les dons de vêtements, couvertures ou encore médicaments affluent. Des membres de la diaspora sont venus porter main forte et aident à trier les boîtes qui seront envoyées à Kiev ["Kyiv" en ukrainien, ndlr]. Quant au dialogue avec Vladimir Poutine pour une sortie de crise, Anastasia n’y croit pas. "Il y avait déjà beaucoup de dialogue. Vous voyez à quoi ça a mené ?"

"Il ne fait pas ce qu’il dit. Il dit la paix, il ne fait pas la paix", souligne-t-elle. "Les paroles, et ce qu’il fait, c’est complètement autre chose."

 

Guerre en Ukraine : Poutine "a commencé à réaliser qu’il n’est pas tellement fort"

Ce n’est pas le même son de cloche pour le curé qui pense que le président russe voudra négocier sérieusement. "Il a commencé à réaliser qu’il n’est pas tellement fort." Selon lui, Poutine avait "un projet : en deux jours, occuper toute l’Ukraine". "Mais il a rencontré une grande résistance. À mon avis, il était très surpris."

 

"Chaque guerre s’arrête avec un dialogue"

Bogdan, en train de fermer des cartons, estime au contraire que les discussions avec Poutine sont la solution. "Chaque guerre s’arrête avec un dialogue", rappelle-t-il. "On ne peut pas arrêter la guerre en bombardant d’autres villes, en tuant des gens." Il juge qu’entre les sanctions et les pertes du côté russe, Poutine "ne va pas avoir d’autre choix". "En tout cas, j’espère."

 

 

Les négociations ne sont pas interrompues : malgré les bombardements qui continuent en Ukraine, une nouvelle réunion est déjà prévue.

 

Aurélie

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !