single.php

Super Tuesday : le duel Trump - Biden se confirme

Par Jean Baptiste Giraud

Au lendemain des quinze primaires du Super Tuesday américain, la revanche annoncée entre Trump et Biden se confirme.

Trump
Donald Trump en campagne à Conway,(Caroline du Sud), le 10 Février 2024. (Julia Nikhinson / AFP)

Le Super Tuesday vient de se dérouler aux États-Unis. Donald Trump est en route vers l'investiture du Parti républicain : l'ancien Président dominait nettement Nikki Haley lors du "Super Tuesday".

Biden, Trump, deux candidats

Le même jour, se tiennent les primaires de quinze États américains, côté Démocrates comme côté Républicains. Dans certains de ces États, le gagnant emporte tous les délégués. Joe Biden n’a été devancé que dans les Samoa. Côté Républicains, face à Nikky Hailey, ancienne ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, Donald Trump s’impose partout sauf dans le Vermont. Son inéligibilité demandée dans le Colorado vient d’être rejetée.

Désormais, rien ne semble devoir empêcher un nouveau duel Trump-Biden, ni affaires, ni questionnement sur la santé. "Seul un accident de vie, la mort ou la maladie, pourrait désormais empêcher ce duel, estime Jean-Eric Branaa, maître de conférence à Paris 2 Panthéon Assas et spécialiste de la politique américaine. Désormais, nous avons les deux candidats."

 

 

"N’oublions pas qu’il a 77 ans"

"Le Super Tuesday a pris la température, et le match est plus favorable à Donald Trump." Ce dernier fait même de ses ennuis judiciaires une force face au système. "Cela a été particulièrement vrai au mois de mars, avec un procureur de New York démocrate, clairement militant, dans un État démocrate. Donald Trump a crié au loup, et ses supporters l’ont entendu. Un ensemble d’erreurs ont aussi été commises par le camp démocrate, telle cette cabale sur le 13e Amendement, section 3 : ils voulaient rendre Donald Trump inéligible, et passer par dessus l’exercice démocratique. Donald Trump a pu parler de chasse aux sorcières."

"Il repousse les échéances, mais ce n’est pas une force, car les procès sont toujours là, tempère cependant Jean-Eric Branaa. Ils prendront du temps, mais il devra rendre des comptes à un moment, en tout cas si Dieu lui prête vie pour arriver jusque-là. N’oublions pas qu’il a 77 ans. À cet âge, on est obligé de se poser ce type de question. Je continue à dire que les deux candidats sont réellement trop vieux. Mais les Américains font avec."

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
13H
12H
11H
09H
08H
07H
00H
Revenir
au direct

À Suivre
/