Rencontre Trump-Merkel: "Je ne suis pas un isolationniste"

Donald Trump reçoit Angela Merkel à la Maison Blanche
Donald Trump reçoit Angela Merkel à la Maison Blanche © BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

Le président américain Donald Trump semble avoir voulu apaiser ses relations avec l’Allemagne lors de la visite, vendredi, de la chancelière Angela Merkel à la Maison Blanche. Il a assuré qu’il n’était "pas isolationniste".

Il semble déjà loin le temps où Donald Trump menaçait d’imposer une taxe douanière de 35 % sur les voitures allemandes exportées du Mexique vers les États-Unis. Le début de mandat du président américain avait été marqué par des prises de positions fortes, le milliardaire critiquant l’accueil des immigrés par Angela Merkel et accusant l’Europe d’être "un instrument" de l’Allemagne.

Accueillant à la Maison Blanche la chancelière Angela Merkel, Donald Trump a assuré ne pas être "isolationniste". "Je suis un partisan du libre-échange mais aussi du commerce équitable, et notre libre-échange a conduit à beaucoup de mauvaises choses" en termes de dette et de déficits, a déclaré le dirigeant américain lors d'une conférence de presse commune.

La chancelière allemande se prononce en faveur de l'Europe

De son côté, Angela Merkel a dit "espérer" la reprise des négociations commerciales entre l'Union Européenne et les États-Unis. La chancelière s’est prononcé en faveur d’une Europe renforcée assurant que le succès de son pays en matière d’économie, de sécurité et de paix était lié à "l'intégration européenne". "Je crois d'autre part que la mondialisation doit être façonnée avec un esprit ouvert", a poursuivi la chancelière.

Après ses durs propos sur les positions commerciales de Berlin, le président américain s'est montré plus conciliant en assurant que sur ce point, "avec l'Allemagne, je crois que nous allons véritablement bien fonctionner"

"Nous ne recherchons pas la victoire, tout ce que je veux c'est de l'équité. L'Allemagne s'en est très bien sortie dans ses accords commerciaux avec les États-Unis et c'est tout à son honneur", a souligné Donald Trump.

Des propos en faveur du libre-échange toutefois vite nuancé puisque le président américain a de nouveau qualifié de "désastre" l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) entre les États-Unis, le Mexique et le Canada.

Vos réponses pour cet article
Vous devez être connecté pour réagir
Les rubriques Sudradio