Mohamed Sifaoui : "Bouteflika et ses proches croient avoir le droit de diriger éternellement l'Algérie"

"J’aurais pu écrire un pamphlet, mais comme je suis journaliste, je n’ai pas voulu que l’émotion, seule, guide mon propos", nous a confié Mohamed Sifaoui à propos de son nouveau livre Où va l'Algérie ?... et les conséquences pour la France (Éditions du Cerf). Mohamed Sifaoui était l'invité d’André Bercoff le 21 février 2018 sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Thumbnail

Les problèmes actuels de l’Algérie remontent à la guerre d’indépendance

"Quand on arrive à un tel niveau de destruction d’un pays, de ses richesses, de ses potentialités, de sa jeunesse, quand vous avez ce niveau de désespoir, il ne faut pas s’étonner que les Algériens se jettent dans la Méditerranée par centaines en tentant de fuir leur pays", a déclaré Mohamed Sifaoui au micro d’André Bercoff.

Pour Mohamed Sifaoui, les problèmes actuels de l’Algérie remontent à 50 ans. "Ceux qui ont mené la guerre d’indépendance ont décidé de prendre le pouvoir sans rechercher une quelconque légitimité démocratique. En 1962, ils croyaient avoir une légitimité historique, en d’autres mots, ils croyaient que le fait d’avoir combattu, leur donnerait le droit de diriger éternellement ce pays", nous a-t-il expliqué.

Mohamed Sifaoui : "un scénario de type Ben Ali est possible en Algérie"

Au micro d’André Bercoff, Mohamed Sifaoui a rappelé qu’Abdelaziz Bouteflika, qui se représente aujourd’hui aux élections, a déjà eu un accident vasculaire cérébral, qui l’empêche d’exercer ses fonctions. "Je le sais de la part de ses proches : il n’est pas en mesure d’exercer ses fonctions. Il ne faut pas le dédouaner de sa responsabilité : c’est lui qui veut rester au pouvoir. Il peut très bien dire 'je suis malade, je veux rentrer chez moi', or, il dit le contraire", a déclaré Mohamed Sifaoui.

Abdelaziz Bouteflika a hyper-présidentialité le régime. "Contrairement à ce qu'on dit, il dirige le pays, avec l'aide de ses frères. Il a nommé a des postes clés des médiocres, qui savent qu'ils sont des médiocres et des corrompus. Ils savent qu'ils lui doivent tout. Mais comme ils sont corrompus, la rue pourrait leur réclamer des comptes, et ils pourraient se retrouver en prison. Un scénario de type Ben Ali est lui aussi possible, en d'autres mots Abdelaziz Bouteflika et ses proches pourraient être contraints de quitter le pays car la colère populaire pourrait s'exprimer", a mis en garde Mohamed Sifaoui.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !