Des opposants iraniens rassemblés Parvis des droits de l'Homme à Paris

Au Moyen-Orient, après le Liban et l'Irak, des manifestations en Iran ont fait au moins 208 morts selon Amnesty International. En décidant la taxation de l'essence  et donc une hausse du prix de 50% (et de 300% après les 60 premiers litres) le régime des mollahs a allumé à mèche et déclenché la colère d'un peuple déjà appauvri par les sanctions économiques (suite au retrait de Donald Trump de l'accord sur le nucléaire Iranien et rétablissement des sanctions économiques contre l'Iran). Des manifestations ont eu lieu dans plus de 180 villes du pays. Face à l'ampleur du mouvement, le régime a coupé l'accès à l'internet pendant 10 jours et violemment réprimé les manifestations.

La manifestation Parvis des droits de l'Homme à Paris (ALAIN JOCARD / AFP)

Des opposants politiques historiques au régime des mollahs (les moudjahidines du peuples) étaient rassemblés hier sur l'esplanade du Trocadéro (ou parvis des Droits de l'Homme) pour exiger de la France qu'elle cesse ses relations avec l'Iran.

 

Reportage Sud Radio de Mathilde Jullien

A côté des drapeaux iraniens, des pancartes avec les photos de jeunes hommes morts pendant les manifestations. Parniân, exilée en France depuis 30 ans tient une tulipe à la main pour leur rendre hommage.

"Pendant cette période de cinq jours, le régime a fait beaucoup de choses, a tué. Il faut condamner le régime La France est connu comme pays des droits de l'Homme mais ferme les yeux devant tous les morts là bas !"

La complaisance c'est aussi la critique adressée à Emmanuel Macron par Habibi Hassan, réfugié politique et opposant: "la politique de la complaisance règne. C'est pas seulement la France, c'est l'Europe. Il faut changer la politique de la France".

 

Les Etats-Unis, les mollahs, la France

Selon le maire du deuxième arrondissement de Paris, Jacques Butault, venu afficher son soutien, Emmanuel Macron est pris dans un étau: "Il prend parti pour le régime des mollahs actuellement. Donc il peut pas d'une part les soutenir contre les Etats-Unis, et prendre fait et cause pour ceux qui se battent pour les droits de l'Homme et la démocratie en ce moment, et qui le payent au prix du sang en Iran". Les organisateurs exigent l'ouverture d'une enquête internationale menée par l'ONU.  La France qui depuis un an veut maintenir des liens commerciaux avec l'Iran, aura désormais du mal à défendre sa position...