single.php

Patrick Montel : "On est en train de bannir l’émotion"

Par Jean Baptiste Giraud

Le journaliste sportif Patrick Montel était l’invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 4 septembre 2023 dans "Sud Radio Média".

Patrick Montel
Patrick Montel, invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" sur Sud Radio.

Patrick Montel est revenu sur ses commentaires des Championnats du monde d’athlétisme à Budapest, sur le fait que les Comité national olympique ne lui donne pas d'accréditation, ainsi que sur la raison qui l'a obligée à quitter France Télévisions.

Patrick Montel : "J’ai dit que le dopage est consubstantiel du sport de haut niveau"

Patrick Montel a commenté l’athlétisme sur France Télévisions de 1983 à 2019. "Depuis que je ne suis plus sur France Télé, j’ai créé mon truc, qui s’appelle Radio Montel. C’est sur Facebook et Instagram. Je n’ai pas le droit d’utiliser les images, donc je me filme avec mon téléphone et je publie cette vidéo. Au fait, récemment, quelqu’un a pris les images de France Télé et a mis mon commentaire dessus", a raconté Patrick Montel.

Patrick Montel a été contraint de quitter France Télévisions en novembre 2020… "Il n’est pas question que je retourne sur France Télévisions, et en plus je trouve que les commentateurs qui m’ont succédé sont excellents. Une histoire d’amour, on ne veut jamais qu’elle se termine. Sauf qu’il faut être deux. Alors, quand votre partenaire n’est plus tellement d’accord…" Quel a donc été le sujet de son différend avec la direction de France Télévisions ? "J’ai dit à une athlète que je l’aimais. Des athlètes que j’aime, il y en a 10.000. Sauf qu’elle a été convaincue de dopage. Et j’ai dit : ‘stop, arrêtez de tirer sur l’ambulance, je l’aime’. Après, j’ai dit que le dopage est consubstantiel du sport de haut niveau. Et là, c’était la phrase à ne pas dire, même si tout le monde sait que c’est vrai."


Que pense-t-il du dopage, au juste ? "Ce sont des gamins de 20-30 ans. Je me demande s’ils pensent à la suite, de mettre leur santé en danger. C’est ça, le problème. Après, ce que j’ai dit et ce que j’ai payé très cher, c’est que toute la société aujourd’hui est hypocrite et a intérêt à ce que les athlètes performent. Pour les Jeux, on va encore demander : ‘vous allez faire combien de médailles ?’. Mais l’histoire, c’est pas ça. L’histoire est de savoir si vous allez pouvoir faire du sport de haut niveau en bonne santé."

"Les Jeux olympiques ne veulent pas me donner l’accréditation, je ne sais pas pourquoi"

Quels sont ces projets maintenant ? Commentera-t-il les Jeux olympiques ? "J’ai juste besoin de commenter, j’ai juste envie d’être présent aux Jeux. J’avais eu l’accréditation aux Championnats du monde d’athlétisme [les 19-27 août à Budapest], c’est pas rien. En revanche, les Jeux olympiques ne reconnaissent pas Radio Montel, je ne peux pas avoir mon accréditation. J’ai fait des pieds et des mains, je me suis roulé par terre, ils ne veulent pas me la donner, je ne sais pas pourquoi. Alors que les Championnats du monde me la donnent sans problème", a déploré Patrick Montel.

Lors de ces Championnats du monde, Patrick Montel a d’ailleurs croisé des journalistes sportifs de France Télévisions. "Quand je les croise, je les salue bien sûr. Je les envie, je les respecte et je les admire parce que je sais ce qu’ils font, je sais ce que ça représente."

"Aujourd’hui, dans les commentaires sportifs, on est dans des analyses cliniques"

Le commentaire et Patrick Montel sont deux choses inséparables. Est-ce vrai ? "J’ai toujours eu l’irrésistible tentation du commentaire, quel que soit le commentaire en question. Quand j’étais gamin et qu’il y avait un commentaire à la télé, je baissais le son et je commentais à la place. Je suis drogué au commentaire, je suis drogué à l’émotion, c’est quelque chose que je ne maîtrise pas, qui vient de l’intérieur et m’envahit complètement et qui me rend immensément heureux", a répondu Patrick Montel.

Le journaliste regrette d’ailleurs la transformation actuelle du commentaire sportif. "On est en train de bannir l’émotion. On veut quelque chose de lisse, on veut quelqu’un qui parle gentiment, qui ne va pas élever la voix. Or, les gens, ils veulent de l’émotion, de la passion. Aujourd’hui on est dans des analyses cliniques qui moi, personnellement, m’endorment."

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans “Sud Radio Média” avec Valérie Expert.

Sports : Les dernières infos

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

L'info en continu
09H
08H
07H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/