Le regard libre d'Elisabeth Lévy - Chasse aux sorcières sur Zemmour, liberté d'expression à géométrie variable

Après des propos rudes tenus dans "Face à l'info" par Éric Zemmour, lequel a ensuite précisé sa pensée en coupant court à l'amalgame, le camp du bien n'a pas manqué de sortir les crocs. Boycott, dépôt de plainte et curée médiatique. Ce qui montre, encore une fois, que toutes les pensées sont les bienvenues sauf celles qui ne vont pas dans le sens de la moraline. En attendant, la problématique de délinquance des mineurs isolés persiste.

Tous les matins à 8h15, le regard libre d'Elisabeth Lévy dans le Grand Matin Sud Radio.

Les propos de Zemmour sur les migrants continuent à faire des vagues

La chasse à la sorcière Zemmour est de nouveau ouverte. Le CSA en émoi, les éditocrates frétillent, le gouvernement menace. Le Parquet ouvre même une enquête. Bref, on prépare le bûcher.

Sauf que les accusateurs sont particulièrement malhonnêtes. 

  • Dans un premier temps, Zemmour dit : “il faut tous les renvoyer parce que ce sont des voleurs et des violeurs. Christine Kelly tique de l’oeil et demande “Tous ?” “Oui tous”, répond le polémiste.
  • Elle lui fait alors préciser plus tard à deux reprises : “Vous avez raison, ne sont pas tous des violeurs et des voleurs mais il faut tous les renvoyer (au nom du principe de précaution)”. Dès lors, Éric Zemmour exprime une opinion, non pas sur les migrants mais sur la politique migratoire.

On fait tourner le premier extrait mais pas la précision. Tout le monde hurle à l’amalgame. 

Peut-on être choqué par ses propos ?

Les Français sont plus choqués par la réalité dont il parle que par ses approximations de langage. On dénonce le doigt pour ne pas voir la Lune. Seulement, le Parquet ne se saisit pas à chaque fois que quelqu’un dit une ânerie ou fait une généralisation hasardeuse. Houria Bouteldja, la patronne des indigènes de la République a écrit un livre “Les Blancs, les Juifs et nous”,  vous pouvez dire que tous les blancs sont racistes et tous les hommes des violeurs, vous pouvez également chanter que Pascal Praud mérite une balle dans la nuque, pas de problème, c’est de la liberté d’expression. Mais sur la politique migratoire, un seul discours est autorisé. Les migrants sont des victimes. Là, on a le droit de dire « les ». 

N’est-ce pas une tempête dans un verre d’eau ?

Non, c’est plus grave que ça. On ne se contente pas de s’indigner, on veut censurer. Sanctionner. Frédéric Potier, délégué à la lutte contre le racisme, se lâche : « Ce n’est pas la première fois que Zemmour dérape, on ne le lâchera pas ». Et il s’en prend à CNews. Certains, ça veut dire quoi ? Certaines opinions ont le droit d’être cité ? Et pas d’autres ? Sur France Inter, le philosophe Geoffroy de Lagasnerie appelle à la subversion des institutions et dit qu’il ne faut pas fétichiser ni le vote ni les lois. Il demande tranquillement que les idées injustes soient interdites. Peut-être ne veut-il pas mettre les gens de droite au goulag, mais juste les faire taire.  

Il y a une semaine, cent médias appelaient les Français à défendre la liberté d’expression. Ils avaient oublié de préciser que ce n’était pas pour tout le monde