single.php

Laurent Karila : "L'addiction, c'est comme un arbre"

Par Jean Baptiste Giraud

Le Pr Laurent Karila, psychiatre spécialisé dans les addictions, était l’invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 26 janvier 2024 dans "Sud Radio Média".

Laurent Karila
Laurent Karila, invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" sur Sud Radio.

Dans l'émission "Ça commence aujourd’hui" sur France 2, Laurent Karila donne ses conseils pour continuer à se faire plaisir sans tomber dans les addictions. Laurent Karila lui-même est-il addict à quelque chose ? "Je suis addict au travail. C’est une addiction positive, un concept que j’ai développé. Cela veut dire que ça ne fait que du bien", a-t-il répondu.

 

Laurent Karila : "On a un dérèglement cérébral qui va faire qu’on ne va plus gérer nos comportements de base"

Qu’est-ce qu’une addiction ? "C'est une maladie chronique, liée à la récompense, au plaisir. C’est une maladie des émotions et du comportement. On a un dérèglement cérébral qui va faire qu’on ne va plus gérer nos comportements de base ou nos comportements de consommation", a expliqué Laurent Karila.

Les patients de Laurent Karila aujourd’hui viennent-ils consulter pour d’autres addictions qu’il y a vingt ans ? L’addiction aux smartphones a-t-elle émergé, par exemple ? "Ils ne viennent pas pour la technologie en tant que telle mais pour ce qu’elle génère : les paris sportifs en ligne, l’actualité en ligne… et à côté, ils ont un usage problématique des réseaux sociaux. Il y a des altérations musculosquelettiques des pouces chez ceux qui font sans arrêt des messages, il y a des douleurs du cou, du dos et des poignets en fonction des postures. Avec la lumière bleue, il y a des troubles du sommeil. Quand le soir vous gardez votre smartphone avec sa lumière habituelle, il vous dit : ‘il fait jour’."

 


Laurent Karila conseille-t-il de proscrire les portables jusqu’à un certain âge ? "Jamais je ne conseillerais d’interdire les portables, à aucun âge. Il n’y a qu’une chose qui est consensuelle : avant deux ans, pas d’écrans. Sauf si c’est un petit temps avec les parents, et que c’est quelque chose d’éducatif."

"Le point d’entrée, c’est le médecin traitant"

Quels sont les mécanismes qui engendrent l’addiction ? "On a quatre circuits dans le cerveau. Il y a la récompense, c’est : ‘j’ai faim, je mange’. Ensuite, il y a la mémoire et l’apprentissage : depuis que vous êtes petit, vous allez manger dès que j’ai faim. Et c’est lié à un autre circuit, qui est la motivation, c’est : je 'change mon comportement'. Et le dernier circuit, c’est le contrôle, c’est un circuit très évolué chez l’homme", a expliqué Laurent Karila.

 


Selon Laurent Karila, l’addiction au sexe avait été sous-estimée par le passé. "Je me suis mis très tôt dans les addictions comportementales, notamment les addictions sexuelles. En 2008 j’ai monté un programme de soins. À l’époque, on me disait : ‘c’est un gag, tu veux passer dans les médias, être addict au cul, ça n’existe pas’. Et toutes ces personnes-là qui m’avaient dit ça à l’époque sont venues plus tard en consultation pour addiction sexuelle. Internet a fait émerger plein de choses : la sexualité en ligne, les paris en ligne, les achats en ligne, la drague compulsive en ligne…"

L’addiction nécessite une prise en charge globale, met en garde Laurent Karila. "La partie 3 du livre est sur les 'à-côtés' des addictions. L'addiction, ce n'est pas une maladie isolée. L'addiction, c'est comme un arbre. Quand vous regardez un arbre dans la rue, il y a des branches. Les branches représentent des substances, des comportements. Mais cet arbre a des racines : c'est des racines psy, des racines génétiques, des racines physiques, comportementales etc. Si vous coupez la branche, vous traitez que l'addiction. Si vous ne traitez pas les racines, la branche repousse." Et que faire si on croit avoir une addiction ? "Premier point, le médecin traitant. Il y a aussi des associations de patients et d'anciens patients comme Narcotiques anonymes et Alcooliques anonyme. Il y a aussi Al-Anon pour les parents qui sont un peu perdus. Il y a ce qu'on appelle des patients-experts, qui peuvent enseigner. Et après c'est les services d'addictologie."

 


Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans “Sud Radio Média” avec Valérie Expert.

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

L'info en continu
23H
21H
19H
18H
17H
14H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/