Caroline Delage : "François Hollande est très élogieux envers Ségolène Royal"

Caroline Delage, productrice de l’émission Au tableau

Alors que les enfants-journalistes de l’émission Au tableau ! reçoivent ce soir Kev Adams, Kylian Mbappé et François Hollande, la productrice de l’émission Caroline Delage était l’invitée du Grand Matin Sud Radio ce matin.

C’est une interview sortant de l’ordinaire à laquelle s’est livré François Hollande, dans le cadre de l’émission Au tableau ! qui sera diffusée ce mercredi soir sur C8. Interrogé par des enfants, l’ancien président de la République n’a pas été ménagé, ce qui réjouit Caroline Delage, la productrice de l’émission. "C'est toute la liberté qu’on leur laisse. Ils doivent être respectueux, polis, mais après ils sont totalement libres. C’est ça qui est intéressant, car les enfants sont toujours dans la bienveillance. Ça leur permet de poser parfois des questions assez dérangeantes et très cash en général. Ils n’épargnent pas l’ancien président de la République qui est, pour eux, le président de leur enfance, le premier président qu’ils aient connu, donc ils ont un rapport particulier avec lui", explique-t-elle sur Sud Radio.

La productrice assure que l’ancien chef de l’État n’a éludé aucun sujet. "Il parle de son quinquennat, de certaines mesures, de certaines décisions, des attentats qui ont aussi beaucoup marqué les enfants. Il revient sur les gros dossiers, il parle du Mariage pour Tous, des accords de Paris sur l’environnement (un thème qui tient beaucoup à cœur aux enfants)... Il aborde aussi sa vie amoureuse et sa relation avec Ségolène Royal. Il est très élogieux envers elle, il rappelle qu’il a vécu 30 ans avec elle, que c’est la mère de ses quatre enfants, et que le fait d’avoir fait ça sans s’être marié avec elle témoigne du caractère très fort de leur relation", souligne-t-elle.

"Je cherche des enfants curieux, vifs, naturellement impertinents"

Interrogée sur le profil des enfants sélectionnés, Caroline Delage a révélé quelques critères. "On les choisit avec beaucoup de soin. Ils doivent déjà être représentatifs de la France : ils viennent donc de partout, de Paris, de la banlieue, de province, des grandes villes, de la campagne... Ils sont issus de classes sociales différentes aussi, avec une mixité des minorités. Surtout, je cherche des enfants curieux, vifs, naturellement impertinents, et qui ont évidemment un certain intérêt pour l’actualité et la politique. Il y a un casting : on les rencontre, on les interroge, on leur montre des photos de personnalités pour savoir quelles questions ils aimeraient poser, pour tester la curiosité, la vivacité d’esprit, l’humour et l’audace, parce qu’il en faut !", assure-t-elle.

"Ils doivent avoir entre 8 et 12 ans. Ce sont des enfants, pas des adolescents, et à partir de 12 ans ils sont souvent trop grands et n’ont plus le même questionnement. Il y a moins de naïveté, et moi je veux vraiment rester dans la naïveté enfantine. Ils sont donc renouvelés parce qu’ils grandissent, et aussi parce qu’au bout de deux ou trois émissions, ça ne devient pas forcément quelque chose de banal, mais je ne veux pas que ça devienne un job pour eux. Ça doit rester une expérience extraordinaire et un moment privilégié. C’est comme ça qu’ils le vivent, et les parents sont ravis", ajoute-t-elle enfin.

Réécoutez en podcast toute l’interview de Caroline Delage dans le Grand Matin Sud Radio

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio