single.php

Attal et Bardella, c'est "la politique TikTok", affirme Raphaël Glucksmann

Par Jean Baptiste Giraud

"On n’est pas condamnés à ce sempiternel match, faux match, entre Emmanuel Macron, ses amis et l’extrême-droite" selon Raphaël Glucksmann, tête de liste PS/Place Publique pour les élections européennes, député européen. Il était “L’invité politique” sur Sud Radio. 

attal, bardella, glucksmann, européenne, mariani
Raphaël Glucksmann, interviewé par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le 23 mai 2024, dans “L’invité politique”.

Le débat entre Jordan Bardella et Gabriel Attal, le service public, les propos de Thierry Mariani sur la Russie... Raphaël Glucksmann a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

 

 

Débat Attal/Bardella : "Un déni de démocratie"

France 2, jeudi 23 mai 2024, va diffuser un débat entre Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement National aux Européennes, et Gabriel Attal, Premier ministre. Un débat décrié mais que Raphaël Glucksmann va malgré tout regarder : "j’aimerais bien vous dire non". Il ne manque pas de critiquer ce débat qui est, selon lui, "un déni de démocratie puisqu’on a le Premier ministre qui n’est pas candidat aux élections européennes qui affronte une tête de liste pour les élections européennes". Raphaël Glucksmann souligne que ce débat, c’est "la droite face à l’extrême-droite". "Comme si l’élection se résumait à ce duel."

 

 

Or, rappelle la tête de liste du PS, "il y a autre chose, une autre voie". "On n’est pas condamnés à ce sempiternel match, faux match, entre Emmanuel Macron, ses amis et l’extrême-droite." Pour le candidat, le service public organise une nouvelle fois ce match.

Il souligne par ailleurs qu’en Italie, l’équivalent de l’Arcom, le gendarme de l’audiovisuel, a fait annuler un débat similaire "entre Mme Meloni et Mme Schlein". Et la justification est simple : "il y a plusieurs listes".

 

"Il faut maintenir l’indépendance du service public"

Le service public est d’ailleurs dans la tourmente sur fond de projet de fusion entre France Télévisions et Radio France. Les syndicats appellent d’ailleurs à la grève. "Je suis inquiet pour l’audiovisuel public", affirme Raphaël Glucksmann. "Je suis inquiet depuis la suppression de la redevance."

Pour le député européen, "il faut maintenir l’indépendance du service public. Il faut que le service public ait les moyens de son indépendance." Or, depuis la fin de la redevance télé décidée par Emmanuel Macron, le service public dépend "des lois de programmation financière" et "du bon vouloir du pouvoir".

 

Débat sur France 2 : "Ils cherchent à kidnapper l’élection"

Avec ce duel sur France 2, la question se pose : est-ce que le service public tend la perche au RN ? Le pouvoir en place ? "Ce pouvoir cherche en permanence depuis son arrivée à l’Élysée à limiter la vie politique française à un duel entre [Emmanuel Macron] et Mme Le Pen." Raphaël Glucksmann estime qu'"à chaque fois, c’est un kidnapping". "Ils cherchent à kidnapper l’élection"
en particulier, estime le candidat PS aux européennes, cette stratégie survient alors que la liste PS est proche de celle de Valérie Hayer, candidate Renaissance. "La stratégie de ses conseillers en communication, c’est de faire monter Bardella et Mme Le Pen comme la seule alternative au pouvoir en place."

 

 

Mais, explique Raphaël Glucksmann, depuis l’élection d’Emmanuel Macron en 2017, le RN ne cesse d’augmenter dans les sondages. Et ce alors qu’il avait annoncé qu’il n’y aurait plu de vote RN en France. "Ils se présentent à chaque fois comme un barrage, mais en réalité, c’est un marche-pied."

 

Bardella et Attal "réduisent la politique à des coups de com', c’est ça le problème"

Gabriel Attal, 35 ans, et Jordan Bardella, 28 ans, sont très jeunes et n’ont notamment jamais travaillé en dehors de missions politiques. "J’appelle ça la politique TikTok", déclare Raphaël Glucksmann. S’il concède que le renouvellement c’est "très bien", il rappelle que "la politique ne peut pas se résumer à de la com'". Ces politiques "réduisent la politique à des coups de com', c’est ça le problème".

 

 

"Thierry Mariani se comporte depuis des années comme le petit télégraphiste du Kremlin"

Thierry Mariani, candidat sur la liste du Rassemblement National, a déclaré sur Sud Radio le 22 mai 2024 que la Russie n’était ni une menace pour l’Europe ni une menace pour la France. "La Russie est une menace pour l’Europe et pour la France", affirme Raphaël Glucksmann. "M. Mariani se comporte depuis des années comme le petit télégraphiste du Kremlin. Et c’est une honte pour le Rassemblement National que M. Mariani soit sur cette liste." Pour le député européen PS, Thierry Mariani est "la voix du dictateur Poutine" et du dictateur d’Azerbaïdjan.

 

 

Il souligne que "la guerre de Vladimir Poutine" n’est pas une guerre de territoire mais "une guerre contre nos démocraties". La Russie est notamment derrière les tags du Mur des Justes à Paris "pour créer le chaos dans notre société". "Tous les citoyens français sont les cibles de cette guerre de Vladimir Poutine", assure le candidat du PS. Et il affirme que l’extrême-droite "a servi de relais à cette offensive". "Ce sont des patriotes de pacotille" au service "d’une tyrannie étrangère".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
17H
16H
15H
14H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/