Témoignage : condamnée pour port du niqab, elle réclame une indemnisation à l'État français

Condamnée à deux reprises pour port du voile intégral, une Châlonnaise a décidé d'attaquer l'État français en justice, une semaine après la condamnation du comité de l'ONU pour sa loi interdisant le port du niqab. Son avocat demande une indemnisation de 10 000 euros dans une lettre adressée à la ministre de la Justice. En cas de refus, il pourrait saisir la justice administrative. Au micro de Sud Radio, elle explique que sa démarche est avant tout symbolique et défend son droit à exercer sa religion. Sans provocation, mais par respect pour ses croyances.

Thumbnail

Depuis l’instauration de la loi interdisant le port du voile intégral, vous avez été condamnée à deux reprises ?

La première fois, c’était en 2012, à l’aéroport. En rentrant de voyage, je n’avais pas encore franchi la frontière en France et on m’a demandé mon identité. J’étais voilée, mais je n’avais pas encore connaissance de la loi de 2010. On m’a arrêtée, on m’a fortement humiliée. On m’a pointée du doigt, j’ai eu le droit à des insultes. Des agents de police passaient devant moi et m’ont très mal parlé, m’insultant de tous les noms. J’ai eu une crise d’asthme ce jour-là, on n’a rien fait pour me soulager. J’ai demandé à prendre ma Ventoline, on me l’a refusé.

La deuxième fois, c’était récemment. J’étais dans mon véhicule, à la gare, partie déposer une amie. On m’a dit que je n’avais rien à faire ici, et que j’étais voilée, ce qui est interdit par la loi…

J'ai été soulagée que l'ONU affirme que ma religion, l'Islam, n'a rien à voir avec les attentats

Vous espérez obtenir une indemnisation ou est-ce que ce recours est avant tout symbolique ?

C’est vraiment symbolique. J’étais très contente quand j’ai lu la condamnation par l’ONU. C’était un vrai soulagement parce que l’Islam, c’est ma religion. Je la pratique et je suis soulagée, en un sens, que l’on affirme que ma pratique n’a rien à avoir avec les attentats, Charlie Hebdo, le Bataclan et tout ça. Ce n’est pas représentatif de l’Islam.

Vous avez toujours porté le niqab ?

J’ai grandi au sein d’une famille musulmane. Un peu comme tout le monde, au départ, mes parents m’ont apporté la base. Je croyais en Dieu, mais plus j’avance, plus je grandis, plus ma foi grandit. J’apprends sur ma religion, tous les jours. Aujourd’hui, je porte le niqab depuis fin 2011.

Si j’avais vu qu’il y avait le moindre point négatif, qui parlerait de tueries ou autre, je ne me serais jamais approchée de cette religion. Si j’ai fait ce choix, c’est parce que j’ai toute ma tête, toute ma raison, toute ma conscience.

Il est inscrit dans le Coran que la femme doit se couvrir. Non pas parce qu'elle est rabaissée, mais au contraire parce que c'estun peu le trésor qu'on va cacher

Comment jugez-vous la loi interdisant le port du voile intégral, en vigueur depuis 2010 ?

Il est bien inscrit, dans le Coran, que la femme doit se couvrir, non pas parce qu’elle est rabaissée ou autre. Au contraire, c’est un peu comme le trésor qu’on va cacher. Vis-à-vis des dieux, la femme est importante. On doit se cacher, c’est un ordre divin.

Je suis Française, c’est mon pays. Mais la France a une certaine ouverture d’esprit, une certaine liberté. Elle l’est pour certaines choses, pourquoi elle ne le serait pas pour d’autres ? Le problème, c’est quoi au final ? On ne sait pas trop. Quand je pratique ma religion, c’est pour moi, ce n’est pas pour embêter les gens. Je n’ai pas pour ambition de m’afficher. Je ne dis pas non plus que je suis super contente que la France soit condamnée par l’ONU. Je respecte la loi, mais sous Napoléon, il y a eu une loi qui interdisait aux femmes de porter un pantalon. Ça ne gênait personne qu'elle ne soit pas respectée. C’est un peu la même question.

C’est le cas d’ailleurs dans d’autres pays, musulmans ou autres. Un Juif ou un Chrétien a le droit de pratiquer sa foi sans aucun souci. Je suis d’origine algérienne. Dans mon pays, les gens sont libres de pratiquer comme ils veulent. C’est leur choix. Le problème se pose vraiment en France.

Personne ne m'a obligé à le mettre et personne ne m'obligera à le retirer. Je crains de l'enlever et de me mettre en danger vis-à-vis de Dieu

Pourquoi avez-vous décidé de continuer à porter le niqab malgré cette loi ?

Si je porte mon niqab, ce n’est pas pour faire un pied-de-nez à la France. C’est d’un point de vue personnel, c’est spirituel, vis-à-vis de Dieu. Personne ne m’a obligé à le mettre et personne ne m’obligera à le retirer. Je crains de l’enlever et de me mettre en danger vis-à-vis de Dieu parce que c’est un ordre.

On est en difficulté parce que ces personnes qui font des attentats et qui, soi-disant, représentent l’Islam, s’habillent comme nous. Mais ils sont loin de représenter l’Islam. C’est contre nous, on est pointés du doigt et on a peur. Ce n’est pas du tout représentatif de l’Islam.