Renforts de police pour Toulouse : "Les délinquants n’ont peur de rien"

Didier Martinez, secrétaire régional du syndicat Unité-SGP Police, région Occitanie, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 9 octobre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Existe-il une véritable flambée de violence à Toulouse ou est-ce un simple sentiment, comme le disait récemment le nouveau Garde des Sceaux ?

 

Un sentiment d'impunité croissant

"C’est une réalité, estime Didier Martinez, secrétaire régional du syndicat Unité-SGP Police, pour la région Occitanie. L’augmentation de la délinquance et de la criminalité est régulièrement constatée et suivie par nos collègues et l’ensemble des forces de l’ordre à Toulouse. C’est une montée en puissance depuis trois ans, vu l’extension de l’économie souterraine, entre trafic de stupéfiants et conquêtes de territoires."

"On constate une montée en puissance d’un sentiment d’impunité. Il n’y a pas assez d’aspect dissuasif dans la réponse pénale et les sanctions prononcées. Les policiers interpellent tous les jours des individus ayant déjà 25 faits à leur actif." Les renforts de 150 policiers suffiront-ils sur Toulouse ? "Ce chiffre est le minimum pour tourner, c’est une remise à niveau, un seuil minimum pour que l’on fonctionne."

 

Un besoin de réponses fermes

Que pense-t-il de l'affaire d’Herblay-sur-Seine ? "Les délinquants n’ont peur de rien, juge Didier Martinez. C’est la démonstration de cette impunité par rapport aux offensives contre la police. Ces territoires leur appartiennent, ils n’ont aucune crainte de l’autorité de l’État, aucun respect des lois. On en arrive à une situation dramatique. Tout ce qui est policier, pompier, représente la force publique, est malmené."

Les centres-villes deviennent-ils aussi des lieux dangereux ? "La délinquance est dans tous les quartiers, avec une violence, des agressions sans respect pour l’intégrité physique des personnes. Les forces de l’ordre subissent des refus d’obtempérer. C’est tout un comportement qu’il convient de combattre avec des réponses fermes. Force doit reste à la loi, encore faut-il le mettre en pratique."

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !