Policier mis en examen pour meurtre : "Il n’a pas tiré pour tuer"

Pourquoi les syndicats de police se rassemblent-ils ce midi devant l’École nationale de la Magistrature, à Bordeaux ?

Suite à la mise en examen d’un policier après la fusillade du Pont-Neuf à Paris, les syndicats se rassemblent ce midi devant l’Ecole nationale de la Magistrature, à Bordeaux.

"Ne pas mettre un policier en examen pour meurtre"

Que dénoncent ces syndicats de police ? "C’est le fait que notre collègue est jeté en pâture à la vindicte populaire, explique Eric Marrocq, secrétaire régional du syndicat Alliance en Nouvelle-Aquitaine. Nous ne remettons pas en cause la mise en examen, mais la qualification pénale retenue. Il est mis en examen pour meurtre. Nous disons que, malheureusement, notre ami a eu quelques secondes pour réagir face à un conducteur qui a délibérément foncé sur un équipage de police."

"Il n’a pas tiré pour tuer, mais pour arrêter le véhicule, conformément à la loi Sécurité publique, insiste-t-il. Elle le prévoit quand on ne peut pas sécuriser autrement les véhicules. Il faut que la légitime défense soit reconnue. On ne peut pas mettre un policier en examen pour meurtre."

 

"Une justice très dure avec les policiers"

C’est un jeune policier. Est-ce une question d’expérience ? "C’est difficile à dire. Il a 18 mois d’ancienneté. Un mois avant, il sautait dans la Seine pour sauver une désespérée. On a quelques secondes pour réagir, et la vie pour l’assumer. En faisant feu sur ce véhicule, il a sauvé sa vie et celle de ses collègues."

Pour autant, le recours à une arme longue peut éventuellement poser question. "Il a utilisé l’arme dont il était doté, celle qu’il avait sous la main, rappelle secrétaire régional du syndicat Alliance en Nouvelle-Aquitaine. Il était équipé d’un fusil d’assaut. Pour arrêter une voiture, c’est de la légitime défense." Pourquoi manifester devant l’ENM à Bordeaux ? "Pour les syndicats Alliance et UNSA, la justice est très dure avec les policiers, moins avec les délinquants. Nous dénoncons une politique pénale trop laxiste contre les voyous et très dure contre les policiers."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"