Espionnage informatique d'un cabinet d'avocats : enquête ouverte contre Bercy

La justice vient d'ouvrir une enquête contre l'administration fiscale suite à la plainte d'un avocat qui soupçonne Bercy d'avoir piraté la base de données de son cabinet pour obtenir des informations couvertes par le secret professionnel.

Thumbnail

En juin dernier, Pierre Farge, avocat au barreau de Paris, expliquait, au micro de Sud Radio, qu'il soupçonnait l'administration fiscale d'avoir piraté sa base de données.

Retour en arrière. Un des clients de Me Farge est en possession d'éléments susceptibles d'intéresser Bercy concernant des pratiques frauduleuses. L'avocat prend alors contact avec l'administration pour "négocier la façon dont on leur remettait ces informations".

L'administration fiscale n'a pu obtenir le nom de mon client et son e-mail qu'en fouillant dans des dizaines de dossiers de ma base de données, procédé nécessairement illégal

Un entretien informel au cours duquel Me Farge garde l'anonymat de son client pour le protéger. Quelques jours plus tard, il a réalisé que "la base de données de [son] cabinet avait été hackée, que le nom du lanceur d'alerte avait été extrait, qu'on avait pris son email et que l'administration lui avait envoyé un mail pour l'inviter, en substance, à ne plus passer par un avocat, mais à les contacter directement".

"L'administration fiscale n'a pu obtenir le nom de mon client et son email qu'en fouillant dans des dizaines de dossiers de ma base de données, procédé nécessairement illégal, avait-il alors dénoncé. Et ça ne s'est pas arrêté làMes téléphones portables se sont mis à buguer constamment, au point que je n'arrivais plus à les éteindre. Le lendemain, le site internet de mon cabinet ne fonctionnait plus, mes cartes bleues non plus. Je ne suis pas paranoïaque, mais mon site existe depuis 4 ans et je n'ai eu aucun problème d'envergure jusque-là. J'ai du mal à y voir le fruit du hasard."

 

La justice a décidé de l'ouverture d'une enquête préliminaire

Une plainte pénale a été déposée mi-juillet au parquet de Paris par Me William Bourdon, avocat de nombreux lanceurs d’alerte et conseil de Me Farge dans ce dossier. Une enquête préliminaire a été ouverte dans la foulée, comme le révèle le site Lelanceur.fr.

L'enquête, menée par une brigade de police spécialisée en cybercriminalité, suit son cours. Mais Me Pierre Farge craint les suites de cette affaire : "D’abord, il est peu probable, pour des raisons tenant à l’image du service public, que l’Administration s’honore à reconnaître l’erreur commise par l’un des siens. Je m’interroge donc sur la façon dont cet état de fait sera maquillé tant bien que mal."

La suite de cet article est à lire à cette adresse : https://www.lelanceur.fr/espionnage-informatique-dun-cabinet-davocats-une-enquete-ouverte-contre-bercy/