Affaire Buitoni : que réclament les familles des enfants contaminés ?

Maître Pierre Debuisson, avocat des 55 victimes contaminées dans l'affaire Buitoni, réclame 250 millions d'euros de dédommagement.

Maître Pierre Debuisson, avocat des 55 victimes contaminées dans l'affaire Buitoni, vient de déposer une assignation pour faute lourde au tribunal de Nanterre. Que souhaitent les familles six mois après les faits ?

Des enfants avec des séquelles à vie

"Ce que l’on souhaite d’abord, c’est une réparation à la hauteur de ce drame humain, explique Maître Debuisson. Il s’agit de l’un des plus grands scandales alimentaires européens de ces 30 dernières années. Ce sont plus que des négligences ou des manquements. Ce sont des fautes lourdes, particulièrement lourdes, accumulées par le groupe Nestlé, qui ont conduit à la mort de deux enfants, et anéanti la vie de dizaines de familles. On ne l’a pas assez dit."

"Il ne s’agit pas d’une épidémie, de vulgaires intoxications, insiste-t-il. On parle d’enfants de 2, 5, 8 ans qui ont été placés en réanimation, dyalisés, qui ont des lésions au cœur, au cerveau, au poumon, au foie. Ils ont des séquelles à vie, avec une espérance de vie divisée par deux ou trois. Tout ça parce que le groupe Nestlé a décidé de produire toujours plus en sacrifiant toutes les mesures d’hygiène agro-alimentaires."

 

Affaire Buitoni : une enquête pénale catastrophique

Des perquisitions ont eu lieu, mais que donne l’enquête ? "L’enquête pénale est une catastrophe dans ce dossier, estime maître Debuisson. Les premiers cas d’intoxication débutent en janvier 2022. Il va falloir attendre plus de deux mois pour que des perquisitions aient lieu au niveau du siège social de Nestlé et de l’usine de Caudry. Vous vous doutez bien que le groupe, avec les moyens qui sont les siens, avait eu le temps de faire le ménage."

"L’élément le plus grave est le fait qu’alors qu’il y a quatre mois de cela, un juge d’instruction était désigné dans cette affaire, la société n'est toujours pas mise en examen. Et ce alors même que son directeur général a reconnu la responsabilité de Nestlé ! C’est une anomalie majeure, ce n’est jamais arrivé dans aucune affaire pénale. Cela soulève des questions. Nous avons l’impression que des influences très fortes visent à enterrer cette affaire. Évidemment, c’est un dossier qui va durer des années."

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !