Marc Fesneau : "la grève des copies est une irresponsabilité collective"

Pour Marc Fesneau, la décision des correcteurs grévistes du bac de retenir les copies est une "irresponsabilité collective". Marc Fesneau était l’invité politique de Patrick Roger le 8 juillet 2019 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.   Marc Fesneau : "la grève des copies est une irresponsabilité collective" Interrogé sur […]

Marc Fesneau interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 8 juillet 2019 à 7h40.
Marc Fesneau interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 8 juillet 2019 à 7h40.

Pour Marc Fesneau, la décision des correcteurs grévistes du bac de retenir les copies est une "irresponsabilité collective". Marc Fesneau était l’invité politique de Patrick Roger le 8 juillet 2019 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

 

Marc Fesneau : "la grève des copies est une irresponsabilité collective"

Interrogé sur la décision des correcteurs du bac de faire la "grève des copies", Marc Fesneau a déclaré : "je crois que la responsabilité des syndicats, cela aurait été que les copies soient rendues en temps et en heure. C’est une irresponsabilité collective de laisser des jeunes et des parents sans connaître le sort qui leur sera réservé au bac. Les parents veulent organiser l’année scolaire qui s’annonce, sur le plan du logement notamment, et je ne suis pas sûr que le droit de grève soit compatible dans cette mesure-là. Le droit de grève est un droit fondamental, un droit constitutionnel… Mais retenir des copies, cela va à l’encontre de l’engagement des enseignants. C’est d’ailleurs la première fois que cela arrive en France".

Les compétences des communes sont appelées à évoluer

Marc Fesneau est également revenu sur la prochaine réforme des compétences des communes. "Un texte arrive à l’automne qui facilitera l’engagement des élus. Il s’agira de simplifier la loi NOTRE (Nouvelle organisation territoriale de la République). Cette exigence de réforme avait été beaucoup mise en avant par les élus lors du Grand débat. J’espère que le projet de loi présenté par Sébastien Lecornu, en juillet 2019, permettra de répondre à ces attentes" a-t-il déclaré.

Les réformes, un exercice difficile en France

S’agissant des vacances parlementaires, Marc Fesneau a fait savoir que les députés devaient d’abord "terminer le cycle de textes qui avait été engagé", tout en précisant que les travaux devraient prendre fin la dernière semaine de juillet. "On a le projet de loi santé, le projet de loi sur la Fonction publique et le projet de loi sur les mobilités", a-t-il rappelé. Plus globalement, au sujet des réformes, Marc Fesneau a déclaré : "On est dans un pays où il faut réformer, où tout le monde dit que ça ne marche pas. Mais dès que vous touchez à quelque chose, on vous dit : 'Ah, il ne fallait pas toucher à ça'".

L’économie circulaire est synonyme de créations d’emplois

S’agissant du projet de loi sur l’économie circulaire, Marc Fesneau a déclaré : "L’idée est de faire bousculer les choses. On est un pays qui est en retard par rapport a d’autres pays sur le recyclage. On est en retard sur le recyclage de plastiques, sur le BTP… Il faut qu’on avance, car derrière le recyclage, il y a l’économie des moyens et des matières. À l’heure de la transition écologique, il faut que nous donnions des signaux forts".

Interrogé sur la baisse de la productivité, à laquelle on doit vraisemblablement s’attendre, du fait d’une plus grande réutilisation des produits, Marc Fesneau a balayé les craintes : "l’économie circulaire et la lutte contre le gaspillage, c’est aussi des filières. On le voit avec les ressourceries : on essaie de recycler le plus longtemps possible les produits. Ce sont des milliers d’emplois non délocalisables".

Marc Fesneau est favorable à la PMA

"Il faut ouvrir la PMA. C’est un droit qui s’exerce pour un grand nombre de gens. En revanche, il n’est pas question d’aller à la GPA, ce n’est pas la volonté de la majorité. Cela porte en soi la question de la marchandisation du corps", a-t-il estimé.

Pour Marc Fesneau, les primaires ne sont pas une bonne idée

"Il me semble que l’exercice des primaires tel qu’on l’a fait au moment de la présidentielle n’a pas été couronné d’un franc succès. Pendant une primaire, on parle à soi-même, et on ne parle pas aux électeurs. Une primaire circonscrite aux électeurs de son propre camps, je ne suis pas sûr que ce soit la bonne formule. Notamment parce qu’une primaire 'prive' les électeurs au premier tour de l’élection", a-t-il estimé.

Marc Fesneau : "la politique, c’est savoir trouver un compromis"

Plus généralement, concernant la politique au sens large, Marc Fesneau a déclaré que cet exercice consistait à trouver un compromis. "La politique, c’est d’abord un engagement quotidien de tous les instants. C’est une passion aussi, on ne peut pas faire de la politique sans passion. Et puis, ce sont des combats souvent injustes : on a l’impression de défendre une cause qui nous paraît juste, mais on n’y arrive pas. Je crois que la politique, c’est l’art d’essayer ce qu’on peut faire, et puis trouver un compromis. C’est toute la noblesse de la politique".

Cliquez ici pour écouter “L’invité politique”  avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !