Hossegor : un cas de Chikungunya entraîne une campagne de démoustication

Hossegor : campagne de démoustication après le recensement d'un cas de Chikungunya

Reportage Sud Radio. Une procédure de démoustication aura lieu jeudi dans la commune d'Hossegor (Landes), après la venue d'un homme porteur du virus Chikungunya.

Alors qu'il se trouvait à Hossegor le week-end du 9 septembre à l'occasion du festival Mot & arts, un touriste originaire du Var aurait contracté le virus du chikungunya. C'est du moins l'hypothèse médicale la plus plausible dans la mesure où l'intéressé n'a développé les symptômes qu'une fois son court séjour terminé.

"Il n'y a aucun risque pour la population" (mairie)

Le département des Landes étant classé au niveau 1 du plan national anti-dissémination du virus - tout comme pour la dengue et zika - depuis 2015, le risque de contamination est donc bien réel car cela signifie que le moustique tigre est très actif dans cette zone géographique. Il n'est donc pas impossible que d'autres insectes aient pu transmettre le virus à plusieurs personnes ayant fréquenté le même secteur que ce touriste varois. Si, à l'heure actuelle, aucun nouveau cas n'a été recensé, l'ARS (Agence régionale de Santé) a tout de même décidé de procéder ce jeudi à une vaste opération de démoustication sur la commune landaise, en vertu du principe de précaution.

Pour le maire de la ville, Xavier Gaudio, il n'y a pas lieu de s'inquiéter, tant le dispositif mais aussi les moyens utilisés ne représentent aucun risque pour la population locale. Joint par Sud Radio, l'élu nous en dit davantage : "C'est une mesure de prévention et de précaution, il n'y aucune inquiétude à avoir. On a rassuré tout le monde après avoir eu quelques appels en mairie et en préfecture", explique-t-il. "C'est une campagne qui se fait en plus avec des produits à doses homéopathiques et qui aura lieu entre 4 et 6h du matin, quand les habitants dorment chez eux. Donc il y a très peu de perturbations et aucun risque, assure-t-il.

Propos recueillis par Christophe Bernard pour Sud Radio

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio