Home jacking, le fléau qui terrorise les stars

Le phénomène du home jacking, ces cambriolages ultra-violents en présence des victimes à domicile, ne cesse de prendre de l'ampleur.

home jacking
Bruno Guillon a été victime d'une attaque à domicile.

L’animateur Bruno Guillon vient d’en être victime avec sa famille. Les attaques à domicile, le home jacking, se multiplient.

Home jacking, un cambriolage violent

"Un home jacking, c’est un cambriolage classique avec des violences en réunion, résume Sofiane Aboubeker, président de l'Association des métiers de la sécurité. Ce sont des bandes organisées qui vont repérer une victime, et passer à l’acte quand elle est à domicile. Il s'agit toujours d'opérations complexes, avec des bandes de malfaiteurs extrêmement bien renseignées."

"Ce sont des agressions extrêmement traumatisantes car elles sont violentes. La première des choses à faire quand on est victime de home jacking est de ne pas résister. Plus on va résister, plus on s’expose à un déchaînement de violences."

 

Vers l'installation de "panic rooms"

"Quand un cambriolage dure en moyenne sept minutes, un home jacking dure cinq à quinze minutes, explique Sofiane Aboubeker, président de l'Association des métiers de la sécurité. Les cibles : des personnalités et personnes fortunées. On vise les personnes dont on sait qu’elles ont du patrimoine. Ils veulent voler des bijoux, des produits de luxe, à la différence d’un cambriolage classique."

Pour éviter les home jacking, on parle de plus en plus de créer des « panic rooms ». "Ce sont des pièces fermées que l’on va installer dans un domicile, dans laquelle on ne peut a priori pas rentrer, et depuis laquelle on dispose d’une liaison sécurisée pour appeler la police pour une intervention rapide."

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !


Revenir
au direct

À Suivre
/