Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, réagit à la nouvelle vidéo de L214

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA
Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, interviewée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger dans "L’invité de l’actu" sur Sud Radio, à 8h10. AFP

Christiane Lambert, éleveuse et présidente de la FNSEA, était "L’invitée de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 5 novembre 2018 animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Elle réagissait à la nouvelle vidéo de l'association L214 et à la fermeture de l'abattoir de l'Indre, qui a suivi. 

Vague d'indignations après la publication de la vidéo tournée dans un abattoir de l'Indre

Cette vidéo tournée par l'association L214 dans un abattoir de l'Indre destiné à la filière bio est un réel désastre pour le monde agricole. À la suite de la diffusion des images, le 4 novembre 2018, de nombreuses voix s'élèvent, indignées, à commencer par celle du ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, qui a lancé une enquête.

Christiane Lambert, éleveuse et présidente de la FNSEA, réagit en expliquant qu'à travers cette vidéo, "Il y a manquement au respect des règles d'abattage des animaux. Dans chaque abattoir, il doit y avoir un référent protection animale. C'est une règle qui avait été étendue par Stéphane Le Foll, alors ministre. Il y a un manque certain de suivi dans la mise en place de cette règle".

Et la surveillance vidéo dans tout cela ? Une directive devait l'imposer. Cela pourrait-il faire cesser ou non ces maltraitances animales ? "Je ne suis pas sûre que la vidéo soit la meilleure solution. Cela ressemblerait plus à un surveillant général ou à un flicage. La priorité, c'est la formation et l'adaptation du bâtiment. Pour avoir visité d'autres abattoirs, les équipements ne sont pas corrects, les animaux peuvent faire demi-tour, bouger trop, cela peut être dangereux pour les salariés qui doivent intervenir sur les animaux."

Une association qui veut interdire la consommation de viande

"Mais pour les éleveurs, ces images sont catastrophiques : on élève nos animaux dans le bien-être. Nous sommes contrôlés régulièrement, très souvent et de nombreux progrès ont été effectués – comme le suivi par 90% des éleveurs de la charte de bonnes pratiques d'élevage. On élève nos animaux pour qu'ils soient bien traités jusqu'au passage de la vie à la mort", explique encore Christiane Lambert qui met cependant un bémol sur les manières d'agir de l'association L214.

"La vidéo a été tournée dans l'Indre au mois d'août et ne sort que maintenant, en novembre. Si le but avait été de sonner l'alerte, les images auraient été diffusées tout de suite ! On sait que l'association milite pour l'arrêt de la consommation de viande. Son objectif est de montrer les images les plus abominables possibles pour véhiculer une image très négative de l'élevage et de l'abattage." Selon elle, la priorité du gouvernement doit résider dans la formation des salariés et la modernisation des abattoirs.

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio