Affaire Daval : "Des femmes, comme des hommes, peuvent susciter de la violence"

Geneviève Djénati, psychologue et psychothérapeute, était l'invitée du Grand Journal de 18h sur Sud Radio.

Thumbnail

24h après les aveux de Jonathann Daval concernant le meurtre de sa femme, Alexia, la question des violences conjugales s'est invitée dans le débat notamment avec l'intervention de la ministre, Marlène Schiappa, qui "pense à toutes les femmes qui vivent actuellement des violences conjugales qui vont entendre ça et qui vont se dire 'peut-être que je mérite d’être frappée'".

Invitée du Grand Journal de 18h sur Sud Radio, la psychologue et psychothérapeute, Geneviève Djénati, a expliqué que les choses étaient souvent plus complexes que ne le sous-entend la ministre : "Les violences dans les couples relèvent d’une combinaison, en grande partie inconsciente, de violences antérieures, de rapports de forces selon un modèle déjà vu. On pense tout de suite à la violence des hommes parce que la force est plus importante, mais je ne crois pas qu’on puisse la limiter à quelque chose contre le féminin. Il y a des femmes très violentes, ou qui suscitent la violence, comme il y a des hommes très violents ou qui suscitent la violence."

Écoutez l'interview de Geneviève Djénati, invitée du Grand Journal de 18h au micro de Véronique Jacquier