Les pêcheurs se mobilisent contre la pêche électrique

Christine Bouillot évoque aujourd'hui la grogne des pêcheurs européens qui dénoncent la concurrence des navires pratiquant la pêche électrique.

Thumbnail
On le sait peu, mais un pêcheur en mer fait travailler quatre personnes à terre.

Focus sur la colère des pécheurs artisanaux de plusieurs pays européens. Ils vont passer à l'action dès 9 heures ce matin. Mais que se passe-t-il concrètement ?

Le blocage interviendra dès ce matin dans les ports de pêche de la Mer du Nord, en Belgique, aux Pays-Bas et, pour la France, à Boulogne-sur-Mer. Il y aura blocage également en Méditerranée, dans les ports de la Ciotat, Saint-Mandrier mais aussi Saint-Jean-de-Luz, sur la côte Atlantique.

Tous ces petits pêcheurs sont à bout devant la concurrence des navires néerlandais qui pratiquent la pêche électrique. Une pêche pourtant interdite dans les eaux européennes, depuis janvier dernier suite à un vote du parlement européen à Strasbourg. Ce vote interdit toute pratique de pêche électrique, une pêche redoutablement efficace pour les compagnies qui exploitent ces bateaux, mais tellement  destructrice.

Après le passage de ces bateaux, il n'y a plus rien à pêcher, d'où la colère des pêcheurs artisanaux qui demandent non pas à l'Europe d’agir, mais aux États de faire appliquer cette interdiction car à ce jour, aucun pays de l'UE, y compris la France, n'a transposé cette interdiction de la pêche électrique. Du côté de Paris, c'est silence radio.

Conséquence : les bateaux continuent de piller allègrement avec cette méthode de pêche qui met en péril cette économie de la pêche artisanale, laquelle ne fera pas le poids longtemps. Toute une économie maritime est aussi en danger.

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview, disponible en podcast